• Chroniques

     

     

  • Chronique Passion au donjon de Margaret Moore

    Prix : 7.90 E

    Pages : 336

    Editeur : Harlequin

    Chronique Passion au donjon de Margaret Moore

     

    Résumé :

    Depuis l'exécution de son père pour trahison, Lady Beatrice vit chez sa cousine Constance et son époux, Lord Merrick. Sans titre ni fortune depuis la disgrâce royale, elle pense n'avoir aucune chance de se marier et rêve seulement de vivre une grande passion. C'est ainsi qu'elle s'éprend d'un ami de Lord Merrick, Sir Ranulf, un valeureux chevalier que précède une réputation de séducteur impénitent. Subjuguée par son charisme et sa carrure virile, touchée par la faille secrète qu'elle devine sous son apparente froideur, Beatrice décide de s'offrir à lui... 

     

    Mon avis :

     

                Je tiens à remercier Mélanie de la maison d’édition Harlequin pour l’envoi de ce livre en service presse pour Les Livres en Folies.

     

                Je ne suis malheureusement pas fan de la couverture, je trouve qu’elle ne rend pas justice au roman et c’est vraiment dommage. Cette version était une réédition mais comme je ne me souvenais plus de ma précédente lecture, j’ai décidé de tenter l’aventure quand même.

     

    J'avais déjà lu des livres de Margaret Moore alors je savais à peu près à quoi m'attendre en débutant ce livre. La plume de l'auteure est agréable même si les événements s'enchaînent un peu trop rapidement à mon goût. Malgré tout, l'histoire en elle-même m'a fait passer un très bon moment de lecture et je ne regrette pas de l'avoir lue même si ce n'est pas un coup de cœur. 

    L'histoire en elle-même est vraiment bien trouvée et l'auteure a su garder sa ligne de conduite pour notre plus grand plaisir. En effet, elle n'a jamais dévié du chemin qu'elle s'était tracée et si vous avez l'impression qu'elle le fait durant votre lecture, vous avez tout faux. En effet, chaque action va avoir sa répercussion dans la suite du récit pour notre plus grande joie.

     

    Lady Beatrice habite chez Constance, sa cousine et son époux depuis l’exécution de son père pour l’un des plus graves crimes qu’il soit : la trahison. Elle sait qu’elle ne pourra jamais faire un grand mariage alors elle jette son dévolu sur Sir Ranulf, un chevalier qui l’intrigue. Ô, elle ne compte pas l’épouser, mais uniquement lui offrir sa virginité en cadeau. 

     

    Lady Béatrice n’hésite pas à faire son possible dès qu’elle souhaite quelque chose et c’est vraiment admirable surtout que nous savons qu’à cette époque, les femmes n’avaient pas de droits et qu’elles n’étaient pas libres de faire ce qu’elle désirait. Ici, c’est une jeune femme qui a décidé d’offrir sa virginité à un homme qui lui plait et C’est assez original.  

     

    En résumé un livre qui se laisse lire même si malheureusement, ce n'est pas un coup de cœur de ma part. Malgré tout, n'hésitez pas à le découvrir vous même ! 


    1 commentaire
  • Chronique Pourquoi choisir d’Emily Blaine

    Prix : 7.50 E

    Pages : 256

    Editeur : Harlequin

    Chronique Pourquoi choisir d’Emily Blaine

     

    Résumé :

     

    Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras… pas  ?

    Depuis qu’elle a abandonné son ancienne vie de tradeuse à Boston pour se lancer dans l’événementiel, Liz peine à joindre les deux bouts. Aussi, quand la célèbre famille Banks lui propose de prendre en charge l’organisation de leur gala annuel, elle saute sur cette occasion inespérée. Mais le patriarche des Banks lui impose bientôt d’être la cavalière officielle de son fils Peter à la soirée, moyennant un généreux dédommagement. Déchirée entre son besoin d’argent et l’envie de remettre à sa place cet odieux personnage, Liz est d’autant plus agacée par ce dilemme qu’elle vient de rencontrer un charmant professeur aux allures de bûcheron canadien. Saura-t-elle prendre la bonne décision  ? 
     

     

    Mon avis :

     

                Je tiens à remercier la maison d’édition Harlequin ainsi que Mélanie pour l’envoi de ce livre en service presse pour Les Livres en Folies.

     

                Une couverture plutôt simple mais qui ne m’a malheureusement pas convaincu. Cependant, ayant déjà eu l’occasion de lire des livres de cette auteure, j’ai décidé de tenter ma chance quand même et d’aller y jeter un coup d’œil.

     

    J'aime beaucoup la manière d'écrire de l'auteure. A chaque fois que je découvre l'un de ses livres, je dois avouer plonger sans tarder dans son histoire et l'apprécier à sa juste valeur sans la moindre difficulté et cela n'a pas fait d'exception ici. C’est un livre qui se lit rapidement et en l’espace de quelques heures, il peut être terminé.

    L'histoire en elle-même n'est pas vraiment originale mais c'est vraiment bien écrit et très intéressante à suivre. En ce qui me concerne, j'ai adoré suivre les personnages et voir l'avancée de leur relation. Je dois avouer cependant que je me doutais de certains événements qui allaient avoir lieux alors je n’ai pas eu beaucoup de surprises. Malgré tout, c’est agréable à lire.

    Le seul point négatif que j'aurai à dire, c'est que j'aurai désiré qu'il y ait plus de pages pour encore mieux apprécier cette histoire. On s’attache facilement aux personnages et on en souhaite un peu plus au fil des pages.

     

    Pour le résumé, je vous invite à aller découvrir celui de la maison d’édition.

     

    En ce qui concerne les personnages, je ne vais pas parler des hommes pour ne pas influencer votre lecture.

    En ce qui concerne Liz, c’est une jeune femme avec un caractère assez fort et d’ailleurs la raison pour laquelle on s’y attache facilement. J’avais vraiment hâte de savoir si elle allait faire un choix entre les deux personnages et je dois avouer que je n’ai pas été déçu du voyage !

     

    En conclusion, la plume de l'auteur m'a fait passer un bon moment, avec un roman où les sentiments sont présents, mais avec néanmoins une bonne dose d'humour et de tendresse. 


    1 commentaire
  • Chronique Seuls au monde de Caroline Mongas.

    Prix : 6.90 E

    Pages : 183

    Editeur : Harlequin

    Chronique Seuls au monde de Caroline Mongas

    Résumé :

     

    Pour Déborah, Daniel Saint-Ferrant, le prestigieux patron qu’elle assiste fidèlement depuis plus de six ans, est un play-boy égocentrique, irrespectueux et capricieux.
    Pour Daniel, Déborah Evreux est une assistante efficace et irremplaçable… mais parfaitement ennuyeuse, coincée et tout sauf attirante.
    Lorsqu’ils prennent conscience qu’ils sont les deux survivants du crash de leur jet privé, le soulagement de ne pas être seul sur cette île au décor paradisiaque se mêle à l’appréhension face à la perspective d’une cohabitation forcée. Car, en dehors du contexte purement professionnel, ils ne se supportent pas, c’est un fait. Mais il se pourrait bien que le soleil tropical leur permette de se voir l’un et l’autre sous un tout autre jour…

     

    Mon avis :

     

     

    Yo les fifous, c’est Peter en direct des livres en folies pour la chronique du roman de Caroline Mongas , Seuls au monde et je remercie Mélanie des éditions Harlequin pour l’envoi  de ce roman en service presse.

     

    J’ai toujours l’habitude de commencer une chronique en vous parlant de la couverture, alors je vais le faire pour ce roman également et… Je l’ai trouvée parfaitement en accord avec le thème, elle est simple et percutante à la fois… J’adore !

     

    J’ai commencé cette lecture et j’en attendais beaucoup. La couverture magnifique, le résumé intéressant et pourtant j’ai été déçu… Je n’ai ressenti aucune surprise, tout va beaucoup trop vite, les rebondissements prévisibles et certaines situations illogiques… 

     

     

    Nous suivons l’histoire de Daniel et Déborah, qui après un crash se retrouvent seuls sur une île déserte alors qu’ils se détestent, à moins que cette haine au contraire ne cache quelque chose de plus profond….

     

     Donc comme je le disais, même si l’histoire était sympathique,  tout était beaucoup trop lisse, trop prévisible. Ils tentent de survivre, se rapprochent, se repoussent, se rapprochent encore… quelques petits obstacles qui se mettent sur leur route et tout est bien qui finit bien.

     

    En conclusion, un roman qui se laisse lire, mais sans plus.

     

    Ma note : 2/5 


    1 commentaire
  • Chronique Qu’est-ce qui fait pleurer les crocodiles de Lucie Castel.

    Prix : 14.90 E

    Pages : 299

    Editeur : Harlequin

     

    Chronique Qu’est-ce qui fait pleurer les crocodiles de Lucie Castel

    Résumé :

     

    Ce voyage, elle n’avait pas envie de le faire.
    Cette destination, elle ne l’a pas choisie.
    Cet hôtel, elle ne l’aurait jamais sélectionné.


    Et pourtant, Sofia se retrouve au Royal Redstone House, majestueux manoir écossais, pour une durée indéterminée, afin de se remettre de l’événement. Si, au début, elle ne voit que la décoration trop baroque, trop ostentatoire, trop passéiste, Sofia apprend au fil des jours et des rencontres à découvrir l’hôtel d'un nouvel œil. Ce lieu a une âme mystérieuse et intrigante, tout comme les personnes qui y vivent, y travaillent... ou y rôdent. À commencer par Lachlan, un homme glacial et désagréable, dont la présence dans ce petit monde courtois et velouté laisse Sofia très perplexe…

     

    Mon avis :

     

     

    Yo les fifous, c’est Peter en direct des livres en folies pour une chronique toute choupinou du roman de Lucie Castel, qu’est-ce qui fait pleurer les crocodiles et je remercie Mélanie des éditions Harlequin pour l’envoi  de ce roman en service presse.

     

    J’ai toujours l’habitude de commencer une chronique en vous parlant de la couverture, mais je dois avouer que celle-ci n’est pas trop ma… tasse de thé et encore un petit bémol, le titre que je trouve beaucoup trop long et beaucoup trop lourd alors que le résumé annonçait quelque chose de plus léger.

     

    Je me suis toutefois lancé dans ma lecture et en effet, celle-ci était légère, douce, gentille et m’a fait passer un bon moment de lecture, à la fois en compagnie des personnages mais également de la plume de l’auteur qui nous entraîne dans son monde avec une facilité incroyable.

     

    Nous suivons l’histoire de Sofia, qui, après un évènement impromptu se retrouve dans un manoir écossais le temps que se tasse son « histoire ».  Elle va y faire la rencontre de Lachlan, un peu bourru, du bénéficiaire du manoir qui semble avoir quelque chose à cacher, d’une femme de ménage un peu nymphomane et d’une vieille dame qui la prend sous son aile… Mais chacun des habitants semble avoir quelque chose à cacher et Sofia est bien décidée à faire la lumière sur ce qui se passe dans le manoir, même si elle doit pour ça, s’associer à Lachlan qui la trouble plus que de raison.

     

    J’ai passé un bon moment de lecture et je dois avouer que j’ai souri à de nombreuses reprises et qu’à l’instar de Sofia, il me tardait de faire la lumière sur ce qui se passait réellement au Royal Redstone House.

     

    En conclusion, un roman auquel j’ai bien fait de m’intéresser en allant au-delà de la couverture et du titre et que je conseille vivement.

     

    Ma note : 4/5 


    1 commentaire
  • Chronique Nos petites inconséquences D’ Alix Marin

    Prix : 4.99 E

    Pages : 240

    Editeur : Harlequin

     

    Chronique Nos petites inconséquences D’ Alix Marin

    Résumé :

     

    Et si l'imprévu avait du bon ?

    France est la reine de l’anticipation, de la prévision et du contrôle. Sauf qu’elle n’avait pas prévu que le jour où elle se déciderait à dévoiler enfin ses sentiments à Jules, son meilleur ami, ce dernier la prendrait de vitesse en annonçant son mariage. Ce qu’elle n’avait pas prévu non plus, c’est qu’à son retour à Paris, Jules enverrait Émile, le meilleur ami de la future mariée, pour l’accueillir à l’aéroport. Résultat, elle se retrouve coincée avec ce rugbyman tout en muscles et en tatouages pour rejoindre en 4L le lieu de la cérémonie, à Bordeaux. Un long, très long voyage qui va vite se révéler plus plaisant qu’elle ne l’imaginait. Car Émile est vraiment charmant et… imprévisible ! 

     

    Mon avis :

     

     

    Yo les fifous, c’est Peter en direct des livres en folies pour la chronique du roman d’Alix Marin, nos petites inconséquences et je remercie Mélanie des éditions Harlequin pour l’envoi  de ce roman en service presse.

     

    J’ai toujours l’habitude de commencer une chronique en vous parlant de la couverture, mais je dois avouer que celle du roman ne m’a pas captivée plus que ça, même si je dois quand même admettre qu’elle correspond parfaitement au thème

     

    Je me suis lancé dans ma lecture j’ai passé un bon moment de lecture, même si je dois être honnête, France, l’héroine principale, m’a  énervée du début à la fin du livre.  Je l’ai trouvé très immature, surtout pour une jeune femme ayant son âge, mais surtout ayant des responsabilités importantes.

     

    Nous suivons l’histoire de France, qui alors qu’elle annonce à son meilleur ami son retour en France, apprend en même temps son futur mariage et là, c’est le choc  d’autant plus qu’elle s’est toujours imaginé qu’elle et lui c’était à la vie à la mort. Elle débarque bien décidée à mettre des bâtons dans les roues du futur couple, mais c’est sans compter sur Emile, le meilleur ami de la mariée, qui va l’entrainer dans des aventures à la fois pleine d’humour et de tendresse.

     

    J’ai passé un bon moment de lecture et je dois avouer que l’humour est présent dans ce roman et que j’avais envie de secouer l’héroïne pour jouer ainsi avec les sentiments des hommes qui occupent sa vie.

     

    En conclusion, un roman que je vous conseille, à la fois pour l’humour mais pour l’amour intense qu’on ressent chez   Emile.

     

    Ma note : 4/5 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique