•  

    Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Dee L. Aniballe

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Bonjour ! Merci à vous !

    Je m’appelle Élodie Aniballe. Après un voyage de trois mois au Japon, je me suis lancée dans des études de Japonais à la faculté de lettres d’Aix-Marseille. Aujourd’hui je travaille pour la compagnie d’aviation Air France en tant qu’Agent d’Escale, à l’aéroport de Marseille Provence. En parallèle, je suis l’auteur de la Trilogie Fantastique IRIS, dont les deux premiers tomes viennent de paraître aux éditions SUDARENES. J’adore lire, dessiner, jouer du piano, voyager et surtout manger et dormir ^^!

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Pour être honnête : non, je n’ai pas toujours rêvé d’être écrivain, tout simplement parce que je ne savais pas que j’étais capable d’écrire. Je me suis mise tard à la lecture (j’avais 18 ans quand j’ai lu mon premier vrai roman). Ce n’est que par pure curiosité qu’un jour, je me suis installée devant mon écran d’ordinateur, et que j’ai commencé à taper sur le clavier… les mots sont sortis de nulle part. Et, je ne le savais pas à l’époque, mais ce premier texte deviendra le prologue d’un futur roman !

     

    3) Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition ?

     

    Ça n’a pas été facile. J’ai commencé, très naïvement, par envoyer mon manuscrit à toutes les grandes maisons d’éditions. Puis j’ai essayé de cibler davantage des maisons plus petites spécialisées dans le SFFF. Cependant il n’était pas évident pour moi de mettre une étiquette bien définie sur ma trilogie : Il y a du fantastique mais aussi de la Fantasy, de l’horreur et du merveilleux. Et enfin, bien que les protagonistes soient de jeunes adolescents, je n’ai pas écrit cette histoire pour les enfants. Difficile de rentrer dans le moule avec tout ça !

    Je me suis donc autoéditée avant de trouver (grâce aux Rebelles Webzine) ma maison d’éditions, chez Sudarènes.

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Je ne pense pas avoir un auteur favori. C’est trop dur de choisir ! Cependant, si je devais en citer quelques uns, je dirai : Kôshun Takami, J.K.Rowling, Emilie Brontë, Mireille Calmel (des genres bien différents !) etc… Je m’inspire de tout ce qui a pu me toucher, que ce soit au travers d’un roman, d’un film ou de la réalité.

     

    5) Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Oui, je vais résumer le premier tome d’IRIS parce que je ne voudrais pas faire trop de spoil.

    C’est l’histoire de Liam, un garçon de 15 ans, qui a de gros problèmes relationnels : les choses se passent mal à l’école et ses parents sont distants. Un jour, son grand père lui remet une Émeraude, et lui apprend qu’il est un membre de ce que l’on appelle « l’Organisation ». Tous ceux qui possèdent une pierre en font partie. Mais il lui explique aussi que le lien qui va le rattacher à sa pierre est immuable… Il y aura donc des conséquences, car les pierres renferment un pouvoir mystérieux qui peut devenir dangereux. C’est ainsi que Liam va rencontrer pour la première fois des gens qui lui ressemblent : Un petit groupe d’amis totalement hétéroclite. Chacun possède son cristal, et aussi quelque chose de très spécial !

    Mais il y a beaucoup de choses que Liam ignore. Des secrets dans sa propre famille. Et derrière leur sourire, certains de ses amis restent hantés par leur passé…

    Liam ne sait pas qu’il va être lié à des évènements qui le dépassent ; qu’une créature terrifiante, détenue dans les sous-sols du plus grand complexe scientifique du pays a été libérée, et qu’elle va venir pour lui…

    (Attention, spoil ^^!) :

    Alors que la douleur de n’avoir pas su protéger ceux qu’il aime le déchire, et qu’il contemple, impuissant, le sourire hilare de son ennemi… Liam perd le contrôle. Il brise le Tabou. Il ne se rend pas compte des conséquences, et elles seront irréversibles…

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Je n’ai pas de rituel particulier, mais j’écris plutôt le soir. Le matin, (vers midi ^^!) j’essaie d’aller au sport (j’insiste sur le mot « essayer »). Pendant que je cours, j’ai plein d’idées qui me viennent ! L’après-midi je me concentre sur la construction du livre et la relecture de certains passages, puis j’écris. Je m’isole, pour ne pas être distraite. En général, je mets mes écouteurs avec une musique bien choisie qui illustre le passage que je suis en train de construire.

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Mon entourage, impossible. (mes personnages sont beaucoup trop… comment dire ?!)

    Les paysages, ça m’arrive. Ma visite du grand canyon aux Etats-Unis m’a d’ailleurs inspirée quelques décors pour le tome 3.

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

     

    Eh bien j’aimerai les remercier pour leur enthousiasme et leur soutien, car un moindre petit mot de leur part me remplit de joie. Discuter avec eux, ou lire un avis, une chronique… ce sont des petits moments que je n’échangerai pour rien au monde !

     

    SES OEUVRES :

     

    Résumé Tome 1 (4ème de couverture) :

    A la rencontre de l'auteure Dee L. Aniballe

    Que savez-vous des cristaux ?

    C'est une étrange aventure… découvrir que l’un d’eux tissera votre destin. Une simple pierre ? Non. Derrière, il y a une ombre qui vous dépasse. Une entité supérieure qui connaît chacune de vos pensées, et dont la puissance insondable devient vôtre. Mais prenez garde… car la frontière entre pouvoir et folie est mince. Un simple pas, et on bascule. On bascule, et après ? Après, on ne peut plus revenir…

    Liam, 15 ans, bouillonne d’excitation lorsque son grand-père lui remet une Émeraude et lui apprend qu’il est un membre de l’ORGANISATION. Sa vie prend une couleur magique. De nouveaux amis, aussi délurés qu’excentriques, l’embarquent dans un univers bien à eux. Mais Liam ne sait pas qu’il va être lié à des évènements qui le dépassent. Qu’il y a des secrets dans sa propre famille. Qu’une créature terrifiante, détenue dans les sous-sols du plus grand complexe scientifique du pays a été libérée. Et qu’elle va venir pour lui…

     

     

     

    Résumé Tome 2 (4ème de couverture) :

    A la rencontre de l'auteure Dee L. Aniballe

     

    Liam se noie dans sa douleur… Sa confrontation avec l’Anomalie 34, sa perte de contrôle et la mort de sa petite sœur l’ont plongé dans un coma profond. Les mois s’écoulent lentement. Lorsqu’il parvient enfin à reprendre le dessus, il entame un entraînement physique et mental intensif. Pour protéger ceux qu’il aime, il va devoir choisir de nourrir sa haine, ou de la laisser s’envoler…

    L’étau se resserre autour de Lulu, qui a de plus en plus peur de ses propres pouvoirs. Elle sait que bientôt, les Grands de l’Organisation viendront la trouver… Dépassée, elle prend la décision de chercher des réponses auprès de l’être le plus puissant de l’Organisation, exilé, caché de tous. Ami ? Ou ennemi… ?

    Quant à Morgan, son passé le rattrape. La Barrière qui le sépare de son cristal se fissure. 34 le guette. Bientôt, il sera trop tard…

     

     


    votre commentaire
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Emmanuelle Soulard

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    Merci à toi, Aurélie, de me donner l’opportunité de m’exprimer. Pour un auteur, ça n’a pas de prix.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

    Je m’appelle Emmanuelle Soulard, et j’écris depuis que j’ai une douzaine d’années. J’ai eu très longtemps un syndrome de la page blanche que j’étais incapable de surmonter. Ça se passait toujours de la même façon : j’avais une idée, je l’écrivais, les mots coulaient tous seuls… jusqu’au moment où ça s’arrêtait. Et j’avais toujours le même problème : je ne savais pas comment finissait mon histoire. J’ai commencé et stoppé ainsi une bonne demi-douzaine de manuscrits.

    J’ai fini par renoncer à l’écriture, et j’ai fait des études… J’ai passé des diplômes… Plein de diplômes… Et un jour, je suis retombée sur mes manuscrits abandonnés. J’ai réalisé alors que je n’avais jamais cherché à apprendre à écrire. Du coup, j’ai commencé à me former sérieusement. J’ai pris des cours.

    Sept mois plus tard, je reprenais mon premier manuscrit, abandonné presque vingt ans plus tôt. Je l’ai presque intégralement réécris. En quatre mois. Je l’ai envoyé à une maison d’édition avec comité de lecture, sans trop y croire. Deux jours plus tard, les éditions Hélène Jacob me proposaient un contrat d’édition. C’est ainsi que le Dragon de Ténèbres est né. Du coup, je me suis lancée sur une trilogie, les Invocateurs, dont j’achève le troisième tome en ce moment même.

     

    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

    Je n’avais jamais considéré l’écriture comme une activité « sérieuse ». Probablement parce que j’y prends beaucoup de plaisir, et que ce n’est pas du travail, pour moi. Maintenant que je suis un auteur publié, je ne la considère toujours pas comme un travail. Pour moi, c’est bien plus un chemin de vie, une exploration de soi-même, des autres et du monde qui nous entoure. C’est une façon de se connecter à quelque chose qui nous dépasse, et nous bouleverse.

    Mais je ne suis pas sûre de me considérer vraiment comme un écrivain. Je suis auteur de roman, parmi bien d’autres choses.

     

    3) Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition ?

    En toute honnêteté, je ne peux pas dire que j’ai réellement cherché : la première maison à qui j’ai envoyé mon livre l’a immédiatement accepté. Ceci dit, je l’avais sélectionné.

    Il me fallait des critères simples : d’abord un comité de lecture, qui était le meilleur moyen de me dire si mon livre était bon ou pas. C’était mon tout premier roman, et je n’avais aucune expérience dans le domaine. Ensuite, je tenais à ce que ma maison d’édition soit une spécialiste du numérique. Mais je ne voulais surtout pas être publié par des amateurs, comme on en voit tant. Et enfin, je voulais une maison qui respecte et qui aide les auteurs. Les éditions Hélène Jacob étaient exactement tout ça, puisque c’est une structure associative, d’experts du monde de l’édition et du numérique, et qui mise tout sur la qualité et la formation de ses auteurs, dans un esprit de partage inégalable. Bref, c’est un peu le paradis.

    Je n’ai envoyé mon manuscrit à aucune autre maison d’édition, et à l’heure actuelle, je ne me vois pas chercher à être publié par qui que ce soit d’autre.

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    J’ai beaucoup d’auteurs favoris, tant en fantasy que dans d’autres genres. Mais je dois avouer que la majorité de mes lectures sont essentiellement techniques, tant dans le domaine de la dramaturgie, que de la psychologie et des neurosciences.

    Parce que j’estime qu’un bon écrivain se doit de comprendre l’âme humaine, pour être pertinent dans ce qu’il raconte. Et j’avoue aussi que j’ai une réelle passion pour les histoires, et l’impact qu’elles ont sur le cerveau humain. Je travaille d’ailleurs dans des domaines où les histoires sont exploitées dans ce sens. Ça s’appelle le storytelling.

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

    Il me serait difficile de présenter un seul de mes livres, puisque jusqu’à présent, je n’ai publié qu’une trilogie. Les trois livres sont pratiquement indissociables dans mon esprit. Alors je vais vous présenter les trois :

    Imaginez un monde où n’importe lequel de vos proches peut se transformer brutalement en monstre surpuissant et assoiffé de sang.

    Imaginez un monde où les cieux peuvent tout d’un coup se charger d’une nuée qui dévore tout sur son passage.

    Imaginez un monde où la seule réponse que les humains aient trouvée soit l’invocation de dragons gigantesques, pour protéger et sauver les gens.

    Imaginez la fraternité des frères de combats, unis dans l’honneur et le danger du combat.

    Imaginez un amour plus fort que tout, et qui peut pousser jusqu’aux plus profonds sacrifices.

     

    Ben, si vous arrivez à imaginer tout ça, vous n’êtes pas loin de ce qui se passe au cours des trois romans…

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    J’ai une vie personnelle et professionnelle extrêmement chargée, je n’ai donc pas le loisir de consacrer toute une journée à l’écriture. Mais je le regrette. Vraiment. J’écris en général le matin, très tôt. Parfois à partir de 4 ou 5 heures. Et je n’écris pas plus de deux ou trois heures, parce que c’est épuisant émotionnellement. Ça, c’est pour le premier jet. Les phases de réécritures sont un peu moins exigeantes, je peux donc y passer un peu plus de temps (sous réserve des trous éventuels dans l’emploi du temps !)

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

    Un bon écrivain utilise tout ce qu’il vit dans ses livres. Je ne dis pas que je suis un bon écrivain, mais si vous voulez écrire de bons romans, c’est une attitude que je recommande. Ne serait-ce que parce que les dernières études en neurobiologie ont prouvé que le lecteur n’attend que ça. Lorsque quelqu’un lit, il fait appel à une partie de la mémoire à long terme qui s’appelle la mémoire épisodique. C’est l’équivalent de notre biographie personnelle, où tous nos souvenirs sont rangés. Il se trouve que la lecture entraine le rappel de ces souvenirs. C’est le processus qui donne lieu à l’identification aux personnages. Et c’est aussi en partie grâce à ça que le lecteur peut s’immerger dans le livre, et le vivre, dans tous les sens du terme.

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

    Si j’avais un mot à dire à mes lecteurs, c’est « je vous aime ». Bon, d’accord, ça en fait trois. Mais c’est vrai. Je crois qu’un auteur n’est rien sans ses lecteurs. Et avoir un lecteur qui vous dit « j’ai aimé votre livre », c’est une sensation incroyable. C’est une profonde motivation pour écrire encore, accepter la charge de travail (et parfois de douleurs) que ça représente, et continuer à écrire. Et surtout, se remettre en question en permanence, pour offrir le meilleur.

    On n’est rien, si on est seul.

    On ne bâtit rien, si on ne bâtit que pour soi.

    Je suis fière d’écrire pour les autres. J’espère sincèrement faire de mon mieux pour partager mes émotions les plus profondes et les plus pures.

    Et si je pouvais rajouter un mot, je leur demanderais pardon, parce que pour des raisons indépendantes de ma volonté, je vais devoir m’éloigner du clavier pendant la prochaine année. Alors j’espère que l’attente ne sera pas trop longue, et qu’ils seront heureux de trouver un quatrième roman lorsque j’aurais trouvé le temps de l’écrire. En tout cas, je sais que pour moi, ça sera interminable.

    Dans l’intervalle, ceux qui le veulent pourront me retrouver sur www.ecrire-un-livre-accrocheur.com

     

    SES OEUVRES

    Les invocateurs tome 1

    A la rencontre de l'auteure Emmanuelle Soulard

     

    Dans un monde médiéval où les gens se métamorphosent parfois en monstres assoiffés de sang, la vie s’est organisée entre les seigneuries et les sanctuaires, où résident des chevaucheurs de dragons. Les chasseurs, car tel est leur nom, ont pour mission de protéger les hommes des cas de possession et des attaques de carnivores qui les accompagnent. Pour cela, ils apprennent à invoquer leur dragon grâce à des années d’entraînement physique et spirituel.

    Sahelle est une fille de seigneur, qui fuit un mariage arrangé par son père avec le plus puissant des seigneurs du territoire, autoproclamé roi. Sauvée de justesse d’une attaque de possédé par le chef du sanctuaire de Ranon, rien ne la disposait à invoquer un dragon au lendemain de son arrivée.

    Saura-t-elle le dompter, évitant ainsi qu’il devienne une bête incontrôlable, sans autre destin qu’être mis à mort par les chasseurs ? Pourra-t-elle échapper au roi qui la traque depuis sa fuite ? Et, surtout, réussira-t-elle à vivre l’amour passionnel
    qu’elle ressent pour le chef du sanctuaire, lui-même incapable de faire le deuil de la mort de sa femme ?

     

    Les invocateurs tome 2

    A la rencontre de l'auteure Emmanuelle Soulard

     

    La vie est devenue bien compliquée, dans le sanctuaire de Ranon. Sahelle, de retour grâce à l’intervention du chasseur Jaffar, est maintenant confronté à ses pires démons. Toujours incapable de contrôler son dragon, et elle doit faire face à des plus grandes peurs, ce qui complique bien sa relation avec Médévas.
    De con côté, Jaffar, parjure de son propre sanctuaire, doit se faire une place en tant que membre d’escadrille. Réussira-t-il à ce que ses frasques soient oubliées et que ses compétences soient suffisamment reconnues pour compenser sa personnalité hors du commun ? Pourra-t-il oublier son amour pour Sahelle ? Et surtout, arrivera-t-il à comprendre que lorsque le chemin devient ardu, c’est qu’il nous confronte bien souvent à nos plus profondes erreurs ?
    Médévas, quant à lui, en tant que chef de sanctuaire, est plus que jamais en difficulté à cause de la situation de Sahelle et de son dragon. Alors que les attaques massives se multiplient, sera-t-il assez fort pour faire face à la
    pire des situations ? Dans sa terrible quête pour comprendre comment et pourquoi les carniciels sont venus à la vie, c’est sur un chemin bien périlleux qu’il devra conduire ses compagnons, et trouver la force d’aller jusqu’au sacrifice ultime.


    votre commentaire
  •  

    Bonjour,

    A la rencontre de l'auteur Lionel Behra

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

    1. Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Je m’appelle Lionel BEHRA. Même si je suis agrégé d’économie-gestion, je suis en fait prof de droit à Nancy. Lors de mon temps libre, je joue au tennis et au foot en salle. Je fais aussi du scrabble de compétition et j’ai notamment fini 3e des championnats de France de scrabble classique en 2014. Un vrai miracle !!

    Je suis aussi papa de deux filles de 8 et 13 ans qui vivent avec leur maman. La grande est une insatiable dévoreuse de livres.

     

    1. Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Je me suis toujours promis d’écrire un jour un roman. Au collège, lorsque le professeur de français nous demandait de terminer une histoire dont nous avions le début, mes copains rendaient difficilement une demi-page. Moi, je revenais le lendemain avec au moins 4 copies-doubles. Il a fallu que j’attende 25 ans pour me lancer dans cette aventure.

     

    1. Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition ?

     

    Comme pour la plupart des auteurs qui n’ont aucune connaissance dans le milieu : l’envoi de dizaines de manuscrits, des mois d’attente, et des lettres-types de refus qui s’entassent au fur et à mesure des réponses. Jusqu’au jour où j’ai obtenu une réponse positive d’une maison d’édition. Je les ai fait attendre un peu et j’ai reçu une réponse positive de Rebelle Editions que j’ai choisi au final. J’ai bien fait: l’autre maison n’existe plus !

     

    1. Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Ado, j’étais fan d’Agatha Christie. Jeune adulte, je me suis tourné vers Stephen King. Depuis, j’ai beaucoup aimé les Dan Brown, mais en fait, j’avoue honteusement lire très très peu. Je ne m’inspire quasiment pas des autres auteurs. J’invente mes propres histoires.

     

    1. Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    L’AURÉOLE DES CONDAMNÉS est mon dernier roman. C’est un thriller à énigmes. Des étudiantes de la fac de droit disparaissent et on retouve leurs corps quelques jours plus tard. L’histoire tourne autour de 4 personnages principaux:

    -Laura Maréchal, une jeune inspectrice de police au passé douloureux.

    - Stéphanie Loubière. Fille de notable, elle est la dernière à avoir disparu, mais la police l’a retrouvée vivante. Il apparaît que le soir de sa disparition, elle a agi de manière incohérente.

    - Jordan Carnot, un camarade de fac de Stéphanie. C’est un bad boy asocial et arrogant, mais extrêmement intelligent.

    -Ludovic Bergerac, le professeur de droit pénal qui aurait des dons divinatoires lui permettant de voir la mort des gens quelques jours avant qu’elle ne se produise.

    Ce roman est écrit comme un labyrinthe. On pense être très souvent sur la piste de la résolution des énigmes, avant de se rendre compte qu’elle constitue une impasse. Tout le monde semble mentir mais on ne sait pas qui tire les ficelles.

    Ce roman a été primé au salon de Boulay (57)

     

    1. Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

      Je n’écris que quand j’en ai le temps et l‘envie. Le plus souvent, l’après-midi quand je n’ai pas cours.

     

    1. Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Non, j’utilise avant tout mon imagination pour créer les personnages et l’ambiance.

     

    1. Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs?

     

    Je ne peux que les inviter à décrouvrir mes deux romans sur mon blog : www.lionelbehra.canalblog.com et notamment le premier d’entre eux: LES ARCANES DU TEMPS, qui a été nominé au Prix Lycéen des Imaginales et a reçu un prix au salon de Lunéville.

     

    Que chacun soit convaincu que je n’écris que dans un seul but: prendre du plaisir à inventer des histoires originales et surprenantes et donner du plaisir au lecteur en multipliant les coups de thêatre, les surprises et les rebondissements.

     

    SES OEUVRES

    Les arcanes du temps

    A la rencontre de l'auteur Lionel Behra

     

    "Et si les voix que Jeanne d'Arc prétendait entendre n’étaient pas d’origine divine et que la réalité se révélait plus stupéfiante encore ?"

    Et si une technologie de voyage intertemporel permettait d'agir sur le passé pour modifier le présent?

    Après de multiples aventures, Khéléan va découvrir que notre Histoire n’est que le fruit d'une incroyable machination ...

     

    L'auréole des condamnés

    A la rencontre de l'auteur Lionel BehraA la rencontre de l'auteur Lionel Behra

    Une victime au comportement absurde…

    Un innocent qui s’accuse…

    Et un suspect qui prétend détenir le don de percevoir la mort des individus quelques jours avant qu’elle ne se produise…

    Qui ment ? Qui manipule qui ? En qui avoir confiance ? Lorsque les faits contredisent la raison, faut-il croire en l’impossible ?"

     


    9 commentaires
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Merci d’avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    C’est toujours un plaisir d’y répondre, et puis j’adore ça !

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

    Ce n’est pas facile de parler de soi, mais je vais tenter de me décrire un peu 
    J’ai bientôt 35 ans (dans moins de 3 mois, mon dieu que ça passe trop vite ! lol) et je suis originaire de Lens. J’ai passé mon enfance et mon adolescence entre la région de Lens et celle de Cambrai, donc je suis un pur produit du nooord !
    Je suis quelqu’un de calme (on peut même me trouver un peu réservée au début), je n’aime pas forcément être entouré de plein de monde, j’aurais même tendance à être un peu mal à l’aise. Je me sens très proche de la nature et des animaux. J’ai d’ailleurs 2 chats que j’adore et que je gâte à la moindre occasion !
    Je suis une grande fan de SF. Les films, séries, même certains livres. J’adore Starwars, Stargate, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, et je pourrais vous en citer plein !

    Je suis aussi une grande fan de zombies ! The Walking Dead est ma série préférée.

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

    Pour tout dire, je n’y avais jamais songé ! Jusqu’à ce qu’un de mes cousins me pousse à sauter le pas. Pour moi, cela avait toujours été un métier à part, inaccessible…

    Je n’ai pas fait d’études littéraires, je suis une scientifique dans l’âme, alors si on m’avait dit au lycée « toi, plus tard, tu seras écrivain » je l’aurais pris pour un fou !

    Mais maintenant que j’ai commencé à écrire, je ne peux plus m’arrêter. J’ai plein de projets en tête, donc 3 sont en cours. J’aime écrire, cela me permet de m’évader de mon quotidien. Je me sers de mes émotions comme « carburant » pour écrire. Je sais que je ne pourrais plus m’en passer. Quelque part, c’est comme si je m’étais enfin trouvée…

     

    3) Comment s’est déroulée votre recherche de maison d’édition ?

    À l’époque, je connaissais quelqu’un qui venait de signer un contrat dans une petite « maison d’édition », alors j’ai envoyé mon manuscrit au même endroit. J’ai été accepté et j’ai moi-même signé un contrat peu de temps après.
    Bon, il s’est avéré que cela ne me convenait pas, et je l’ai quittée par la suite. Mais cette expérience, chez eux, de huit mois m’a permis de faire la connaissance d’auteurs formidable !

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    Un auteur favori, qui sort du lot ? Non, pas vraiment, car il y en a plusieurs que j’apprécie. Rice, King, Huxley…
    Je pense que, même inconsciemment, on est influencé par nos lectures ou par ce que l’on regarde. Même si on a beaucoup d’imagination, il arrive toujours un moment ou un autre où l’on s’inspire de quelqu’un…

     

    5) Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

    Je vais vous parler d’un livre que j’ai coécrit avec une amie auteure qui m’est chère, Astrid Causse. Il s’agit du « Recueil d’histoires courtes pour petits et grands ».
    Il est composé de 5 petites histoires. Toutes ne sont pas fantastiques, mais elles ont pourtant un point commun : chaque histoire a sa petite valeur morale.

    L’argent ne fait pas le bonheur, ne pas se fier aux apparences, l’importance de l’amitié, cultiver son imagination… ou être fier de sa différence. Nous faisons passer ces messages aux enfants à travers des histoires de fées, de sirènes, de dragons…

    Les retours que nous avons eus jusqu’à ce jour, que ce soit par le biais de chroniques ou d’avis de lecteurs, sont tous positifs et cela nous fait chaud au cœur.
    Je peux donc dire qu’un second recueil verra le jour fin 2016 ! D’ailleurs, une autre amie auteure nous rejoint dans cette aventure.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    J’écris le plus souvent dans l’après-midi. Je me pose dans ma chambre, au calme, avec juste une bouteille d’eau et mes chats ! Lorsque je suis lancée, je peux écrire sans m’arrêter jusqu’au soir. Mais il me faut absolument du calme. Je suis incapable d’écrire devant la télé ou en écoutant de la musique. Une fois, j’ai écrit un chapitre entier durant un salon, mais je ne réitérerais pas l’expérience : quand je commence à écrire, je m’enferme dans ma petite bulle et plus rien autour n’existe. Ian S. pourrait passer devant moi que je ne m’en rendrais même pas compte ! lol

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

    Cela m’arrive, oui. Pour le lycée de Lucynda (saga Lucynda Dubois), je me suis inspirée de mon propre lycée. Les souvenirs sont vagues quand vous l’avez quitté il y a 15 ans, mais certaines choses restent. Une personne l’a même reconnu, c’est que je ne devais pas être loin de la vérité !

    Je reprends des noms de rues aussi. Et pour « Tentation Obscure », je me sers de mon village ainsi que de la ville toute proche.
    J’aime y inclure des éléments existants de notre quotidien, cela rend l’histoire plus réelle…

     

    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs ?

    J’ai beau aimer les vampires, les zombies ou autres créatures horrifiques, je ne mors pas je vous assure ! Lol
    Alors, n’hésitez pas à venir découvrir mon petit monde.

    Sur mon site www.delwys.com, vous pourrez même y trouver des extraits de chacun de mes ouvrages ! (il est actuellement en travaux et rouvrira d’ici quelques jours)

    En attendant, vous pouvez découvrir l’une des nouvelles du « Recueil d’histoires courtes pour petits et grands » en intégralité ici : http://dwspike.wix.com/delwys#!vierge/clf

    Et si vous connaissez déjà mes ouvrages, n’hésitez pas à me faire part de votre avis. J’aime avoir le retour de mes lecteurs, savoir si mes romans ont plu ou non, tant que la critique est constructive, elle ne peut que nous faire avancer !

    Et puis, si vous n’étiez pas là, je ne le serais pas non plus. Donc si vous passez par le ValJoly’Maginaire (24 et 25 octobre), il se peut qu’une petite surprise vous attende 

     

    SES OEUVRES :

     

    Awkwardly Erotic

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Comment connaître l’amour alors que l’on est la personne la plus maladroite de la ville ? Comment, ne serait-ce que rencontrer quelqu’un ?
    Lou est seule, désespérément seule.
    Mais, lorsqu’un nouveau voisin débarque dans l’immeuble, la malchance semble lui coller à la peau plus que jamais.
    Parviendra-t-elle à se réconcilier avec l’amour ?
    Saura-t-il voir au-delà de cette malchance et ainsi conquérir le cœur et le corps de la belle ?

     

    Quand la vie vous rattrape

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Tout le monde souhaite, un jour, rencontrer son âme sœur, fonder un foyer, être heureux…
    Moi encore plus que les autres. Ce qui est normal, pour un orphelin. On en rêve, on idéalise même un peu trop notre futur. Le risque, dans tout ça, c’est que l’on peut tomber bien bas…
    Alors, quand la vie se met à vous jouer des tours, vous êtes complètement perdu.
    Ce que je vous dévoile, ici, est l’histoire de ma vie, une histoire qui me tient à cœur.
    Voici l’histoire de mon bonheur, avec Célya, mon (...)

     

    Recueil d'histoires courtes pour petits et grands

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Venez découvrir notre univers riche en émotions ! Vous plongerez dans l’océan avec Lorelei, vous volerez dans les airs avec Draco... Vous suivrez les aventures de Max et découvrirez que vos rêves les plus fous peuvent se réaliser !
    Ces cinq histoires courtes, accompagnées de petites morales sympathiques, vous transporteront dans un univers où tout est permis !

     

    Lucynda Dubois, un avenir compromis

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Lucynda est une fille sans histoire, menant une existence des plus banales. Elle a arrêté ses études et travaille dans un fast-food. Ayant toujours eu énormément de mal à s’attacher aux gens qui l’entourent, sa vie se trouve bouleversée, du jour au lendemain, par une tragédie. Elle doit réapprendre à vivre en oubliant tout ce qui faisait son quotidien et rencontre des personnes hors du commun qui vont lui ouvrir les portes d’une destinée fantastique…

    Entre amour et passion, mort (s), aventure, découverte, qu'arrivera-t-il à notre héroïne?

     

    Lucynda Dubois, Tome 2 : Un choix mortel

    A la rencontre de l'auteure Delphine Wysocki

    Lucynda aime jouer avec le feu. Après avoir été morte pendant une minute, elle peut remercier son matou préféré de l’avoir sauvée in-extremis. Mais les épreuves ne font que commencer, et les semaines à venir ne vont pas être de tout repos.
    Profitant du retour de Jimmy et Lucy sur Terre pour l’enterrement de leur famille, la petite équipe sera entrainée dans une multitude d’évènements incompréhensibles qui les emmèneront – sans qu’ils le sachent – dans une course contre la montre pour sauver le monde d’une catastrophe sans précédent. Mais comment secourir tout le monde quand ils ignorent même ce qui va se produire ?
    Entre amour ou raison, vie ou mort, allié ou ennemi, Lucynda sera confronté à plusieurs choix difficiles à prendre qui mettront sa vie en péril, des choix mortels…


    votre commentaire
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    En quelques mots : je suis auteur, scénariste (un peu), et à la base je viens du monde du théâtre. Avant j'étais comédienne, metteur en scène, et j'ai dirigé ma propre troupe.

    J'écris des romans dans divers genres de l'imaginaire, du fantastique, de la fantasy, de l'urban fantasy, du post-apocalyptique...

    J'aime les univers qui font voyager, les personnages forts, les histoires chargées de magie et d'émotion... et les scènes d'action, aussi.

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    J'ai toujours inventé des histoires. Quand j'étais enfant, j'en racontais à mon petit frère, à mes amis. Ecrivain, c'était une sorte de suite logique.

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

     

    J'ai eu beaucoup de chance ! Grâce à une de mes premières nouvelles, j'ai rencontré un directeur de collection (Xavier Mauméjean) qui m'a beaucoup aidé, conseillé. C'est lui qui m'a poussé à écrire mon premier roman, Porcelaine, et qui l'a présenté aux Moutons Electriques (mon premier éditeur).

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Je suis une grande fan de Francis Berthelot, un auteur français qui écrit, entre autres, des romans superbes mêlant le fantastique et le théâtre (si vous ne l'avez pas lu, je vous conseille fortement Hadès Palace).

    On me dit parfois que son influence se retrouve dans mes livres. Ce n'est pas fait exprès, mais si c'est le cas, tant mieux !

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Je peux vous présenter une série ? En ce moment, je travaille sur le dernier tome de ma trilogie Young Adult, La Voie des Oracles. C’est une série de fantasy historique, qui se passe au cinquième siècle après Jésus Christ, pendant la fin de l’Empire Romain et le début des invasions barbares. Une période passionnante, où les anciens dieux et les rites païens tentent de survivre alors même que l’Occident est devenu chrétien.

    Dans cet univers, on suit Thya, seize ans. Elle est la fille d’un général romain, un héros de la guerre contre les Vandales. Et Thya a un don : elle est oracle, elle a des visions de l’avenir. Quelques siècles plus tôt, ce don aurait fait d’elle l’une des personnes les plus puissantes de l’Empire. Mais à présent, l’Eglise chrétienne persécute les oracles. Alors Thya doit vivre cachée, recluse dans une villa au fin fond des forêts d’Aquitaine. Seul son père connaît son secret. Elle n’a pas d’amis, elle ne connaît du monde extérieur que ce que lui ont appris ses précepteurs. Un jour, son père est victime d’une trahison. Pour le sauver, Thya va quitter son refuge et se lancer sur les routes, guidée par ses visions.

    Au cours de sa quête, elle va traverser pas mal d’épreuves, bien sûr, remettre en question beaucoup de choses, mais aussi découvrir la liberté.

    Et elle va rencontrer toute une galerie de personnages, dont Enoch, un jeune maquilleur au passé… particulier.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Je n'ai pas d'organisation stricte pour l'écriture. J'admire beaucoup les auteurs qui arrivent à tenir des plannings précis, mais bon, ce n'est pas mon cas... J'écris surtout la nuit, en oubliant l'heure et en buvant trop de café.

    Le lendemain, souvent, le réveil est difficile, mais pour l'instant c'est la méthode qui me convient le mieux.

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Bien sûr. Je pars souvent de mon expérience pour donner vie à mes personnages, à mes univers. Mon ancienne troupe de théâtre est très présente dans Porcelaine, mon premier roman. Mes voyages aussi m’apportent beaucoup. En ce moment par exemple, je termine une nouvelle inspirée de mon voyage au Chili, et du désert d’Atacama.

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

     

    Ce sont les lecteurs qui font vivre les livres, ne l’oubliez pas !

     

    VOICI SES OEUVRES :

     

    Bardes et Sirènes

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Ensorceleuses précipitant les marins à leur perte, ou symboles d’un amour inaccessible, les sirènes fascinent autant que les abysses dont elles sont issues. Pour ces maîtresses du chant, la rencontre du barde est inévitable ; artisans des mots et de la musique, usés par la route et les tragédies, ils tissent eux-mêmes sur le cœur des hommes leurs propres enchantements… Toutes les nuances de la fantasy sont au rendez-vous de Bardes et Sirènes : des racines médiévales du genre à notre époque désenchantée, onze rencontres épiques, émouvantes, drôles ou cruelles vous attendent ! Réalisée en partenariat avec les Imaginales, le festival d’Epinal où les plus grands auteurs d’imaginaire du monde entier se retrouvent chaque année, l’anthologie Bardes et Sirènes est le sixième volume d’une série initiée par Rois et Capitaines, suivi par Magiciennes et Sorciers, Victimes et Bourreaux et Reines et Dragons, des recueils salués par une critique enthousiaste qui y voit le meilleur de la fantasy francophone.

     

    Dragons

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Créatures fabuleuses, parfois bienveillantes, souvent impitoyables, les dragons ont essaimé la quasi-totalité des mythologies humaines, comme destructeurs de mondes ou gardiens de trésors immémoriaux. Traversant les siècles, on les retrouve aujourd'hui au cœur des littératures de l'imaginaire, chaque fois réinventés. Car depuis le Smaug de Bilbo le Hobbit jusqu'aux fameux dragons de Pern, cet animal légendaire a su emprunter mille formes, croiser mille quêtes pour sans cesse répondre aux innombrables rêves – ou cauchemars – qu'il sait susciter dans le cœur des hommes.
    C'est à cette figure essentielle de la fantasy que se sont confrontés avec talent les auteurs de cette anthologie. Tour à tour effrayantes ou pleines d'humour, les nouvelles qui la composent forment le plus beau des hommages à son éternelle majesté.

     

    La dernière Lame

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Jadis, le monde a connu un Age d'Or, enchanté par la magie. Mais à présent il est presque entièrement recouvert par les eaux où grouillent méduses, murènes mangeuses de chair et Léviathans d'ombre.

    Vorastburg
    est l'une des rares cités à ne pas être encore submergée. Ses habitants sombrent dans la folie en attendant la fin.

    Parmi le chaos ambiant, Joad tente d'apaiser les souffrances. Cet ancien combattant aguerri sait que l'Armée des Cendres va déferler sur la ville, avec à sa tête la belle Marie aux yeux verts. Joad et la redoutable guerrière apprennent que des êtres sublimes demeurent aux confins de l'océan, capables de mettre fin aux souffrances. Ils s'engagent alors dans une course dont l'enjeu est le sort du monde.

    De la fantasy épique dans la plus pure tradition du genre, une superbe écriture au service de personnages forts, à la psychologie travaillée. Un monde envahi par les océans, très original et extrêmement construit.

     

    La Suriedad

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Il est toujours dangereux de rencontrer les dragons...
    « J’écris pour ne pas oublier. J’ai déjà perdu la mémoire, une fois, et maintenant je vis dans la crainte que cela se produise à nouveau. Je ne peux
    pas me le permettre. Je ne peux plus. J’écris dans un petit port de l’archipel des Galantes, il fait une chaleur étouffante. Ici, aujourd’hui, c’est la fête des morts, et c’est peut-être ce qui m’a décidé à coucher sur le papier cette histoire. »

     

    La voie des Oracles tome 1

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.
    Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l'Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances
    sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.
    Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu'elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.
    Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d'assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu'elle a de le sauver... Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d'embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l'Histoire...

     

    La voie des Oracles tome 2

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Pour échapper aux hommes d'Aedon, Thya, Enoch et Aylus trouvent refuge dans les terres barbares et découvrent un monde nouveau et étrange dominé par la magie ancestrale. De nouvelles épreuves les attendent car Aedon est désormais allié avec un être surnaturel.

     

    Porcelaine légende du tigre et du tisseur

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Chine, vers l'an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son coeur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu'une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son coeur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l'ombre contre leur bonheur. Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s'entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

     

    Un éclat de givre

    A la rencontre de l'auteure Estelle Faye

    Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris.
    Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique.
    Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.
    Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique