• Bonjour,

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    A la rencontre de l'auteure Rachpunzel

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu?



    Je m’appelle Rachel, maman d’un petit garçon de 6 ans et passionnée par l’Art en général.



    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain? Pourquoi?



    J’ai toujours écrit sans jamais vraiment envisager d’en faire un métier car au départ je voulais devenir illustratrice.

    J’ai eu un déclic en 2014 et depuis je ne cesse de m’épanouir dans l’écriture. Je compte un jour me remettre au dessin, mais pas pour l’instant.

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition?



    Je me suis constitué une liste décrivant brièvement la ligne éditoriale des éditeurs jeunesse qui me plaisait, à côté de leurs noms j’ai ajouté quelques images de leurs dernières parutions afin d’avoir une idée claire du style recherché.

    Le moment venu d’envoyer un projet, je parcoure cette liste et je ne retiens que ceux susceptibles d'être intéressé.



    4) Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?



    Pas vraiment, j’admire l’univers de différents artistes comme Benoit Sokal, Loisel et Michel Ocelot.

    Leurs oeuvres doivent sans doute m’inspirer inconsciemment, mais quand j’écris, je ne pense à rien d’autre qu’à l’histoire que j’aimerais raconter à mon fils.

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?



    “ Le Champ aux mille fleurs “ est paru aux éditions Livr’S au mois de juillet de cette année.

    Les illustrations sont de Jérémy Parigi, je suis très heureuse d’avoir pu collaborer avec lui sur ce livre, je trouve ses illustrations magnifiques.

     

    L’histoire raconte le voyage d’une nuée de papillons, sans aucun sens de l’orientation, vers le Champ aux mille fleurs.

    Ils croiseront sur leur route beaucoup d’animaux qui tenteront de les aider, à la fin, ce sera un animal arrivé à un moment inattendu qui les guidera vers ce lieu merveilleux.

     

    Je tiens à remercier au passage Isabelle Sanchez (Mamybulle) pour son aide lors de la relecture du manuscrit, ainsi que mon fils, ma mère, mon frère et mon père pour leur soutien et leurs encouragements. Sans eux, je n'aurais sans doute jamais oser franchir le pas.



    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?



    Ma journée tourne essentiellement autour de l’écriture, je n’ai pas d’horaire particulier, j’écris du matin au soir.

    Quand l’inspiration est là, je structure dans un premier temps l’idée sur papier.

    Ensuite, j’attends le bon moment pour écrire le texte et quand je décide de m’y mettre, je ne m’arrête, dans la mesure du possible, qu’après avoir posé le point final.

    Les jours suivants, je prends quelques après-midi pour la relecture et les corrections et ensuite je me mets à la recherche d’un illustrateur.



    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?



    Quand j’invente un personnage, ça m’arrive de lui prêter un trait de caractère d’un proche ou de moi-même.

    Étant auteur jeunesse, j’évite de trop visualiser les décors à l'avance, car par la suite, cela peut s'avérer très compliqué, voire impossible, de trouver un(e) illustrateur/trice correspondant parfaitement à mes attentes.


    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs?



    J'espère, si ce n'est déjà le cas, leur donner goût à la lecture et éveiller leur imagination.

    Je leur souhaite autant de plaisir à lire mes histoires que j'en ai eu en les écrivant.



    SES OEUVRES

    A la rencontre de l'auteure Rachpunzel

    Fraîchement sortis de leur chrysalide, de jeunes papillons partent en quête du Champ aux mille fleurs. Mais sans aucun sens de l’orientation, comment parviendront-ils à trouver leur chemin ?
    Heureusement, les papillons pourront compter sur l’aide des animaux qui croiseront leur route.


    2 commentaires
  • A LA RENCONTRE DE L'AUTEURE YANNICK DUBART

    A la rencontre de l'auteure Yannick Dubart



    1-Pouvez-vous vous présenter un petit peu?

    J'ai 50 ans et suis pro d'histoire-géo en Collège. J'adore le cinéma et la lecture surtout de polars et de biographies. J’ai une fille de 13 ans. J'ai envie de faire de l'écriture mon unique profession mais je sais que le chemin peut être long.



    2-Avez-vous toujours voulu devenir écrivain? Pourquoi?

    Je voulais être prof et c'est arrivé mais cela ne m'a jamais comblée comme je l'attendais. J'ai toujours aimé écrire des petites histoires, des poèmes mais sans ambition particulière. C'est depuis 10 ans que je pense à la possibilité de devenir écrivain... Maintenant je suis heureuse d'y être parvenu mais ce n'est qu'un début. J’aime le contact avec mes premiers lecteurs, c'est enrichissant et grisant!



    3-Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition?

    Ce roman "Rouge rendez-vous" est une troisième version d'un premier texte moins abouti...et refusé par quelques éditeurs. Emilie, créatrice de Livr'S éditions a très vite répondu favorablement à mon envoi de manuscrit. Donc pour cette troisième mouture les choses ont été rapides. J’avais déjà croisée Emilie quand elle était "uniquement" écrivaine et j'avais trouvé sa personnalité impressionnante... Donc j’avais confiance !



    4-Avez-vous un auteur favori? Vous inspirez-vous de ce dernier?

    Oui c'est Ruth Rendell, et j'aimerais savoir mener et malmener les lecteurs avec classe comme elle savait le faire. Je tente de m'y employer.



    5-Pouvez-vous nous présenter un de vos livres?

    Mon seul roman publié à ce jour est « Rouge rendez-vous ». Marina, l’héroïne, est une femme qui a réussi dans les affaires mais elle angoisse et a peur de vieillir. Elle rencontre David, qui n’a rien à voir avec ce qu’elle attend d’un homme. Derrière cette histoire, je reviens sur le cliché de la jeune fille écervelée que l’on rencontre dans les romans du style « 50 nuances de Grey » pour mieux le découdre et en découdre avec cet érotisme nunuche à la mode. Donc même si je suis dans la collection « Osé » de Livr’S éditions, l’histoire prime et les scènes osées servent l’intrigue !



    6-Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez?

    Si je travaille en tant que prof, je n’écris que quand je le « peux ». Et comme je dois m’occuper de mon ado qui n’a aucune considération pour mes projets d’écriture (normal c’est une ado !) et bien je m’arrange et donc je ne peux pas dire que j’ai une journée type. Il m’arrive de ne pas écrire un mot pendant des semaines et par contre de m’atteler à mon roman durant des heures sans m’arrêter !



    7-Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans?

    Oh oui et de mes rêves aussi ! Une phrase ou un mot que j’attrape au vol… mais ce sont plus des ambiances et des sentiments fugaces qui me marquent.



    8-Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futures lecteurs?

    Aimez mes personnages, ils le méritent ! Et faites savoir ce que vous pensez de mon roman !

    Merci !

     

    SES OEUVRES

    A la rencontre de l'auteure Yannick Dubart

    Marina Orchère est une femme d'affaires riche et puissante, à l'appétit dévorant. Mais depuis peu, les jeunes mâles qu'elle s'offre à prix d'or ne parviennent plus à la satisfaire. Entre son angoisse de vieillir, sa peur des sentiments et les fantômes de son passé qui ressurgissent là où elle ne les attend pas, Marina craint de perdre pied. Lorsqu'elle rencontre David, un quadragénaire un peu paumé, elle ressent enfin cette excitation qu'elle craignait avoir perdue. Mais l'attirance suffira-t-elle à les réunir, eux que tout oppose? Marina parviendra-t-elle à faire taire son passé ou au contraire fera-t-elle la paix avec ses démons? Et quelle peut bien être la signification de cette étrange peluche verte ?


    2 commentaires
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteur Marc Brucker

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Bonjour. Je suis marié et père de deux enfants. J'habite en Alsace, le pays des cigognes où il fait bon vivre. En dehors de la lecture et l'écriture, j'apprécie également de passer du bon temps en écoutant de la musique. Il paraît qu'elle adoucit les mœurs  Les promenades dans les bois, accompagné de mes deux chiens, sont également de formidables moments de détente.

     

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Absolument pas ! Cette passion est venue "sur le tard", même si j'appréciais déjà les heures de rédactions à l'école. Je me suis lancé dans l'écriture, il y a seulement 2 ans, en débutant par des chroniques littéraires sur un site dédié. L'envie d'écrire mon propre roman a germé à ce moment-là.

     

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

     

    J'ai démarré, comme beaucoup d'entre nous, par de l'autoédition, dont j'ai pu apprécier le côté pratique et convivial, qui permet à des auteurs inconnus de proposer leurs écrits. Le seul inconvénient de cette option, mais non le moindre, réside dans l'absence totale de publicité et de partenaires. Après mon deuxième roman, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de me lancer dans la recherche d'un éditeur. Le hasard a voulu, à ce moment-là, que je tombe sur un appel à manuscrits de Livr'S Editions. J'ai envoyé mon dossier et… la réponse fut positive !

     

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    S'il ne faut en citer qu'un, je réponds Stephen King, dont j'ai lu l'intégralité des œuvres. Fanatique de science-fiction et de fantastique, j'apprécie également d'autres auteurs tels que :

    Robert Silverberg, Serge Brussolo, Terry Pratchett, Ayerdhal, …

    Souhaitant, avant tout, l'originalité dans mes écrits en proposant mes propres idées, je dirais que ce sont surtout les univers étranges, ainsi que l'atmosphère qui règne dans ces lectures, qui m'inspirent.

     

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Avec grand plaisir. Je vais vous parler de mon roman "Le secret d'Amy-Lee", qui sera édité début 2016 chez Livr'S Editions.

    Le début de l'histoire se déroule dans une maison de retraite. Un lieu incongru pour un roman fantastique ? Peut-être. Sans doute est-ce dû à mon souhait de sortir des sentiers battus. Néanmoins, cette maison de repos est tout sauf calme. La pensionnaire Charlotte Noblet doit faire face à d'étranges et dramatiques événements, peut-être liés à la présence du fantôme Amy-Lee qui rôde dans les sous-sols de l'immeuble. Un troisième personnage atypique, le beau Wesley Townsend, agent du FBI, va faire son apparition et se mêler à l'insolite aventure qui attend les trois protagonistes. Une épopée dont tous ne sortiront pas indemnes !

     

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Mes journées d'écriture ne se ressemblent pas. Cela dépend du temps dont je dispose pour rester plongé dans mon histoire. À la maison, c'est écriture directe sur le fichier Word, écouteurs sur les oreilles pour me couper du monde. J'écris également beaucoup dans le train, lors de mes déplacements professionnels, cette fois-ci selon la bonne vieille méthode du stylo et du bloc-notes. Le week-end est souvent consacré aux relectures et aux recherches sur le net.

     

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Cela peut arriver, mais je n'en fais pas une règle gravée dans le marbre. D'une manière générale, je crée les personnages en fonction de l'histoire, même si certaines ressemblances physiques avec des personnes connues ne sont pas toujours fortuites.

    Pour les lieux et les paysages, dans la mesure où les scènes se déroulent à notre époque, je les cherche sur le net et utilise les photos trouvées pour les descriptions. Si l'histoire se situe dans le futur, il faut bien sûr que je les imagine et les fasse découvrir aux lecteurs.

     

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs?

     

    Pour mes lecteurs, je les remercie vivement de leur soutien et leur fidélité depuis le début de mon aventure littéraire. Pour mes futurs lecteurs, je les invite bien volontiers à rejoindre ce groupe et à découvrir mon univers imaginaire.

    Un tout dernier mot, si vous le permettez, pour remercier également "Les livres en folie" pour cette sympathique interview.

    À bientôt 

     

    SON LIVRE

    A la rencontre de l'auteur Marc Brucker

    Charlotte Noblet, une charmante retraitée de soixante-quinze ans à la langue bien pendue, est envoyée contre son gré dans une maison pour personnes âgées.

    Weysley Townsend, un agent du FBI trentenaire, est affecté à la section des « Affaires Non Classées » de New-York.

    Amy-Lee Mac Gowan, une entité fantomatique, erre dans le tunnel désaffecté d’une maison de repos abritant des pensionnaires pas comme les autres.

    Au hasard des rencontres, les chemins de ces trois personnages atypiques vont se croiser suite à des évènements hors du commun, mais tous n’en sortiront pas indemnes.

     


    votre commentaire
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Florence Mornet

    Merci d’avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

    1. Pouvez-vous vous présenter un petit peu.

    Je m’appelle Florence Mornet, j’ai 28 ans et je vis à Chalon sur Saône en Bourgogne. J’ai suivi des études de technicienne de laboratoire à Lyon, ville dans laquelle j’ai vécu huit ans avant de revenir dans ma ville natale avec ma fille qui a aujourd’hui 6 ans.

    En dehors de mon travail, je passe le plus clair de mon temps à écrire et ce, depuis de nombreuses années. Je pratique aussi le handball depuis l’âge de 9 ans. J’avais fait une pause pendant mes années à Lyon et j’ai repris en revenant à Chalon.

     

    1. Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

    Aussi loin que remonte mes souvenirs, j’ai toujours eu un livre dans les mains. Ma mère m’a transmis sa passion pour la lecture. Petit à petit, j’ai eu envie d’écrire moi aussi mes propres histoires pour réussir à faire voyager et à émouvoir les gens autant que j’ai pu l’être. Je voulais être écrivain, publier mes histoires, faire découvrir mes univers… et ce, depuis mon plus jeune âge.

     

    1. Comment s’est déroulée votre recherche de maison d’édition.

    Je me suis fait une liste d’éditeur à qui proposer mon manuscrit en prenant soin de vérifier leur ligne éditoriale et leur type de contrat. J’avais une quarantaine de nom. Mais deux me tenaient particulièrement à cœur. La première était une maison issue d’un forum d’écriture sur lequel je suis inscrite depuis 2012 et donc, dont je connais les fondateurs, virtuellement du moins. La seconde est Livr’S Editions. Tout simplement parce que je suis sa créatrice depuis longtemps, alors qu’elle n’était qu’auteure. Nous avons publié notre premier roman le même mois dans la même maison d’édition et son parcours m’a toujours impressionné. Il était impensable que je ne lui envoie pas mon manuscrit. Par chance, il a été accepté par son comité de lecture et je suis heureuse de travailler avec elle maintenant.

     

    1. Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    Il y a énormément d’écrivains que j’adore mais je ne peux pas dire que j’ai un auteur favori parce que j’aime changer de genre sans arrêt. Je passe de Sophie Kinsella à Pierre Grimbert, d’Anna Gavalda à David Eddings sans aucun soucis.

     

    1. Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

    En février 2016 sortira le premier tome d’une trilogie post-apo intitulée « L’ombre des Oubliés ». Il retrace l’aventure du jeune Ash, 18ans, qui se voit contraint d’être séparé petit à petit de sa famille. Il va devoir survivre seul, loin de ses proches et surtout loin de toutes les certitudes qu’il avait et qui vont se révéler peu à peu complètement fausses. Aidé par ses nouveaux amis, il va tout mettre en œuvre pour retrouver sa famille et se venger de ceux qui l’en ont séparé. Derrière tout cela se cache un personnage mystérieux, le Phoenix, qu’on apprendra à connaitre petit à petit.

     

    1. Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    Tout dépend de mes horaires de travail. Quand je travaille de jour, j’écris le soir et une bonne partie de la nuit. Quand je travaille de nuit, j’emmène mon ordinateur avec moi et dès que j’ai du temps, j’avance dans mes histoires puisque la journée je dormirai pour récupérer. Heureusement, j’ai beaucoup de jours de repos et là, je profite à fond d’être seule à la maison pour écrire.
    En gros, quand je ne dors pas, je suis tout le temps devant mon ordinateur. Heureusement, mon conjoint et ma fille sont très compréhensifs et ça ne les dérange pas que je passe des heures entières enfermée dans ma bulle 

     

    1. Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

    Pour les personnages oui. Pas pour tous bien évidemment, mais certains sont vraiment une copie conforme de mes proches. Je pense d’ailleurs qu’ils se reconnaitront quand ils liront mon roman.
    Pour les paysages un peu moins. Je prends vraiment plaisir à créer de toute pièce mes univers, même si je pense qu’inconsciemment, on est toujours plus ou moins influencé par ce qu’on connait déjà.

     

    1. Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs et futurs lecteurs ?

    A mes lecteurs, je tiens à les remercier de leur fidélité, leur soutien et leur aide. Certains suivent mes écrits depuis mes débuts et ça me touche énormément. D’autres ont pris le train en route mais m’apportent tout autant.

    Quant à mes futurs lecteurs, j’espère que mes univers vont les satisfaire et qu’ils prendront autant de plaisir à lire mes romans que j’en ai eu à les écrire.

     

    Et à vous, je vous remercie pour cette interview qui m’a permis de me présenter et de parler un peu de mon parcours 

     

    SES OEUVRES

    A la rencontre de l'auteure Florence Mornet

    Le monde d’après-guerre est encore fragile. Entre les nantis de la métropole et les criminels de la zone d’exclusion, le peuple tente de survivre dans une société maintenue sous haute surveillance. Ash, jeune homme de dix-huit ans, fait tout pour garder sa famille unie depuis la mort tragique de sa mère et de son grand frère, quitte à tricher et à braver les lois. Après avoir reçu un message codé d’un dénommé Phoenix, sa vie va basculer lorsqu’il va comprendre qu’il s’est fait piéger. Banni et envoyé dans la zone d’exclusion, Ash devra se battre pour sauver sa vie et espérer revoir sa famille. Mais le combat dans lequel il va s’engager dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer.

    Qui est ce mystérieux Phoenix ? Les bannis sont-ils tous des criminels ? Pourquoi sa petite sœur lui a-t-elle fait d’étranges révélations avant son arrestation ? Confronté aux fantômes du passé, Ash devra accepter de remettre en question ses certitudes afin de regagner sa liberté.



     


    votre commentaire
  • Bonjour,

    A la rencontre de l'auteur Lia Vilorë

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cet interview.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Bonjour et merci pour cet interview ! Alors, de ma plume je me nomme Lia Vilorë, ce qui est une plaisanterie de moi à moi-même. "Lia" est le diminutif d'"Aurélia" et "Vilorë" vient de l'elfique quenian (Bonjour Tolkien) qui signifie "Doré". Sachant que "Aurélia" a pour sens "Qui est comme l'or", je me suis amusée à une redondance au sujet de mes cheveux blonds.

    Donc, voilà, rien que comme ça, vous savez que je suis une Elfe, c'est-à-dire profondément narcissique.

    ... Et accessoirement qu'il s'agit aussi du nom de mon personnage joueur dans Vampire la Mascarade. Donc, je suis une Elfe rôliste aux dents longues. CQFD.

     

    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Non, au collège je voulais être médecin légiste comme l'agent Scully pour trouver des preuves, mener l'enquête et botter des culs. Puis, je trouvais l'archéologie aussi chouette qu'Indiana Jones ou Lara Croft pour les mêmes raisons. Ce qui montre que déjà mon imagination débordait avec un immense besoin de m'affranchir de mes limites, chercher, découvrir la vérité et la narrer. Et puis un jour, le Grand Maître du Jeu Invisible à travers la voix de mon prof de français m'a invitée du côté obscur. Il m'a encouragée dans cette voie qu'est la littérature. J'avais de meilleures chances de réussite si je jouais une mégalomaniaque, pardon, un écrivain. Il avait raison.

     

    3) Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition ?

     

    Pour Vampires d'une nuit de printemps, ça a été très simple puisque je l'avais spécialement écrit par jeu pour les éditions du Petit Caveau. Pour La louve de Brocéliande, ça a été bien plus chaotique. J'ai d'abord signé avec feu les éditions Midgard qui m'ont fait trainer trois ans avant de mettre la clé sous la porte sans publication. Heureusement, j'ai persévéré, aidée par mes amis et le Grimoire Galactique des Grenouilles que je recommande chaudement. J'ai finalement signé chez Lune Écarlate après un an de recherche suite à la déconvenue Midgard. Le synopsis n'a presque plus de secret pour moi, ni la lettre de présentation ! Et j'ai atteint le niveau douze en compétence "Patience".

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Si je dois un jour être enterrée avec un seul livre pour m'accompagner jusque devant Saint-Pierre, ce serait avec La Grande Encyclopédie des Fées de Pierre Dubois. Son oeuvre est ma bible. Chacune des pages de ses ouvrages m'inspire une histoire autour des contes, légendes et personnages de la mythologie et du folklore du monde entier qu'il présente avec tant de poésie et d'érudition.

    Mais, soyons fidèle et s'il y a une oeuvre qui est à l'origine de tout, c'est bien le manga Vampire Princess Miyu, de Narumi Kakinouchi. Je m'inspire beaucoup de ce manga qui est à bien des points de vue ma référence et mes racines.

    Donc, en fait, enterrez-moi avec mes VPM – sous Blister, hein, déconnez pas –, sinon je reviendrai vous hanter.

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Je vais être orgueilleuse et terriblement sentimentale, mais je vais vous parler de La louve de Brocéliande puisque l'on parle de fées et de racines. C'est un roman – ou une trilogie actuellement – qui me tient très à coeur. Il sort le 16 avril 2016 aux éditions Lune Ecarlate et les précommandes débuteront le 15 mars.

    Il narre la quête initiatique en pays de Brocéliande d'une lycéenne franco-japonaise, Hikira Bisclavret. Les fées existent dans cet univers proche du nôtre, bien qu'elles soient invisibles pour la plupart des gens. Hélas, Hikira découvre dans de terrifiantes circonstances qu'à cause de celles-ci, elle doit dire adieu à l'enfance et jouer le rôle qui est le sien dans la guerre que se livrent les Belles Dames.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Une bonne journée d'écriture pour moi commence après une bonne nuit de sommeil et le petit-déjeuner, sinon je deviens grognonne. Il me faut mon Word, mon OneNote, Winamp allumé pour diffuser la bande-son appropriée et beaucoup, beaucoup de calme parce que j'ai horreur des interruptions. Quand je débute un roman ou même une nouvelle, je commence par OneNote pour poser le résumé, puis les personnages, puis le synopsis pour les scènes clés et celles qui me viennent. Au fur et à mesure des recherches documentaires, j'étoffe la partie "Background". C'est un peu mon plan de bataille, j'ai besoin d'ordre, d'organisation, de classer, et de hiérarchiser. C'est une sorte de fil d'Ariane pour moi qui ai une assez mauvaise mémoire. Sans mon plan, je me sens perdue parce que j'oublie la moitié des choses. Ensuite, quand il est un squelette suffisamment solide, je commence la rédaction avec Word épaulé par Cordial. J'écris dans ma chambre, sur mon petit Notebook, avec la porte fermée ou rabattue et ma bibliothèque à portée de main si j'ai besoin de faire une recherche dans mes livres. À midi c'est l'heure du café et je continue. À 20h c'est la tisane, et je claviote jusqu'à ce que mes yeux se ferment tout seuls.

    Quand j'ai une scène d'action, ou une que j'aimerais bien pimenter, là, j'aime inviter le chaos en confectionnant des fiches de personnages et en jetant les dés. Parce que je me trouve trop sympa avec mes héros. Le hasard est plus surprenant et moins gentil. En plus, il arrive qu'il mette le héros ou l'héroïne dans une telle situation qu'il ou elle est vraiment obligé(e) de se creuser le citron pour s'en sortir. Ou alors ça me permet d'exploiter une facette à laquelle je n'avais pas pensé. Et je trouve ça génial, ça me boost, c'est ludique, ça me fait rire, réfléchir, ça me pose des soucis et j'adore chercher les solutions les plus adaptées.



    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Mon entourage, non. Mes personnages sont tous issus d'une réflexion sur ce qu'ils représentent, que ce soit un archétype, une idée, un conflit, une question, car j'utilise volontier mes expériences personnelles. L'écriture a toujours été un exutoire pour moi, un moyen de m'exprimer librement, de me libérer des contraintes du monde réel, de réfléchir ou de prendre du recul à propos de sujets qui me touchent personnellement. Mes romans sont des rêves éveillés et les rêves sont des tableaux expressionnistes qui nous aident à visualiser et rationnaliser ce qui nous tourmente ou nous fait languir sans que l'on en soit bien conscient.

    Par contre, j'utilise plus souvent des paysages ou des lieux visités ou que j'espère un jour visiter grâce à Google Earth afin d'encadrer ces rêves de réalité.

     

    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs ?

     

    Merci du fond du coeur pour votre soutien à travers vos critiques – même négatives parce que mine de rien, ça aide –, vos encouragements et votre enthousiasme ! Chaque fois que j'apprends que l'un de mes romans a fait passer un bon moment à l'un d'entre vous, j'ai la satisfaction du travail bien fait ! Quand c'est l'inverse, je cherche à m'améliorer ! J'espère que vous serez chaque jour un peu plus nombreux à apprécier (ou détester) le temps passé avec mes histoires et que les Sabots Sacrés de la Sainte Licorne Rose Invisible vous bénissent tous !

     

    Résumés des romans

     

    Vampires d'une nuit de printemps (Éd. Du Petit Caveau, mai 2012)

    A la rencontre de l'auteur Lia Vilorë

    Cher journal,

     

    Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.

    Sans déconner ?

    Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !

    Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…

    Ouais… pas faux…

    Alors, vas-y, raconte…

    En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.

    Tu vas en faire des envieuses !

    Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !

    Qui est ?

    Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !

    Ça me rappelle quelque chose…

    M’en parle pas !

     

    La Louve de Brocéliande 1 – Le Lai du Bisclavret (Éd.Lune Écarlate, printemps 2016) (Résumé provisoire)

    A la rencontre de l'auteur Lia Vilorë

    De nos jours en Bretagne, peu savent que la légendaire forêt de Brocéliande est le théâtre d’une guerre fratricide entre fées. Victime de fièvres inexplicables lors de la nouvelle et de la pleine lune, la lycéenne Hikira C. Bisclavret fait un jour la connaissance d’Éric Freinet. Un être ambigu qui la fascine et en qui elle trouve un ami inespéré.

    Éric et Hikira deviennent alors les cibles d’une marraine prête à tout pour les détruire. Une alliance est leur seul espoir de survie. Car découvrir la vérité derrière « Le lai du Bisclavret » ne sera pas sans payer le prix fort.

    Après tout, les Demoiselles sont aussi merveilleuses que terribles...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique