• Bonjour, 

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview. Interview de Gilles  Paris

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    J'ai 55 ans, je suis ecrivain et directeur d'une agence de communication. Je fête cette année mes trente ans dans le milieu de l'édition, quatre romans publiés en vingt ans; tous a hauteur d'un enfant de 9 ans, le narrateur, chaque fois différent. Je suis Bélier (je fonce et c'est parfois pénible de me suivre). Et j'ai un point commun avec mes quatre narrateurs, Jean-Jean, Icare, Simon et Victor : j'essaye de ne juger personne et je pardonne facilement. 

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Écrire oui. Ecrivain c'est plus tard que cela vient, quand on est édité je suppose. Mais écrire sans l'ombre d'un doute. Un journal intime a 10 ans arrêté a 40 ans, et pas loin d'une centaine de nouvelles des l'âge de douze ans, ou j'entrais déjà dans la peau d'un enfant. 

      

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

     

    Je travaillais déjà comme attaché de presse dans une maison d'édition. Je n'osais pas montrer mes nouvelles. Par pudeur surtout. Par timidité, certainement. Et puis en discutant avec une éditrice, j'ai franchi le pas. En les lisant l'éditrice en question, Malcy Ozannat, m'a suggéré de les faire lire a Jean-Marc Roberts qui était a l'époque ecrivain, et éditeur au Seuil. Jean-Marc en a apprécié l'univers, mais il m'a poussé a écrire un roman. Les nouvelles n'étaient pas un genre qui plaisait dans ces années la. J'ai écris vingt pages de mon premier roman "papa et maman sont morts" que je lui ai déposé un lundi matin. L'après midi même je recevais un appel très encourageant de Jean-Marc qui attendait les vingt pages suivantes... Chaque lundi je venais avec vingt nouvelles pages. Quand il a eu 100 pages, il m'a dit "je sais maintenant que tu finiras ton roman". Sans tous ses encouragements je ne serais peut-être pas allé au terme du livre...

     

    4) Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    J'ai plusieurs auteurs favoris, Tennessee Williams, Françoise Sagan, Antoine de Saint-Exupéry (Le petit prince) mais ce ne sont pas les écrivains que j'ai lus qui m'inspire. C'est la vie qui m'entoure. La mienne, et celle des gens que j'aime.  

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Le tout dernier : l'été des lucioles paru chez Heloise d'Ormesson. Un roman écrit par Victor 9 ans qui passe un été au Cap Martin dans une résidence bordée par un chemin des douaniers. Des orages soudains et violents, une invasion de lucioles et de papillons, des villas secrètes, une baronne qui saura lui ouvrir les portes d'un secret de famille... Un conte, ou la magie est a portée de mains. 

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Je fume beaucoup (ce n'est pas un conseil), je bois énormément d'eau, je grignote du chocolat noir, j'écoute de la musique, mais surtout je me concentre énormément sur ce que j'écris. Je peux rester douze heures derrière l'ordinateur. 

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Mon entourage proche, oui ce petit cercle intime est dans tous mes romans. Quant aux paysages ça dépend. Dans l'été des lucioles le décor est très important; il contribue au mystère de l'histoire. Alors j'y suis allé souvent avant de commencer le roman. 

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

     

    A mes lecteurs et lectrices que je les aime, bien sur, certaines et certains le savent déjà, être lu est un miracle sans cesse renouvelé. Je vais souvent a leur rencontre tout au long des années ou je publie et j'adore nos échanges. Quant a mes futurs lecteurs ou lectrices, je peux juste leur dire que mes romans sont a la fois graves et légers, un peu comme nos vies, finalement. La voix de l'enfant dédramatise souvent ce qui est grave dans mes sujets. Et je crois qu'on sourie souvent en me lisant. J'aime réveiller la part d'enfance de mes lecteurs. Parfois elle est juste a portée de mains...

     


    3 commentaires
  •  

    Bonjour,

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    Interview de Catherine Bourgault

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

    Maman de trois petits garçons, je passe mon temps à jouer au hockey et aux camions… D’où mon intérêt à écrire des livres de filles! Diplômée en Relations Industrielles, ne cherchez pas le lien avec la littérature. Ma vie est ainsi faite de détours plus inusités les uns que les autres! Romantique dans l’âme, je partage une jolie maison de campagne au bord du fleuve avec MON héros à moi.

    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

    J’écris des histoires depuis l’âge de 15 ans. Un jour, j’ai voulu me faire un cadeau « à moi de moi » en faisant imprimer qu’une seule copie de mon roman que je pourrais ensuite glisser dans ma bibliothèque personnelle! Semblerait que certaines personnes ont cru qu’il avait plus de potentiel… 3) Comment s'est déroulée votre recherche de maison d'édition ?

    J’ai été très chanceuse d’être à la bonne place au bon moment! Tout s’est fait facilement et rapidement dans mon cas.

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    Je n’ai pas d’auteur favori, je lis de tous les genres littéraires à une SEULE condition : il faut absolument y avoir un héros! 5) Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

    Sortie de filles est l’histoire de trois amies d’enfance qui se réunissent une fois par année pour leur traditionnelle sortie de filles. Évidemment, rien ne se passe comme prévu lors de ces soirées, mais heureusement, un beau héros est toujours là pour sauver la mise. Parce qu’on a tous une soirée entre amis mémorable…

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    Comme tout le monde qui va au boulot, je dépose mes trois héritiers à l’école et à la garderie, ensuite je m’installe devant mon ordinateur pour la journée.

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

    J’utilise très peu mon entourage comme muse pour mes personnages, par contre, j’utilise beaucoup leurs prénoms. Aussi, j’ai inventé le nom d’une ville pour mon livre jeunesse « Le Club des Girls », mais en réalité, il s’agit de ma propre ville lorsque j’ai à faire des descriptions.

    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs?

    Merci de prendre le temps de me lire, c’est un réel privilège de savoir que mes histoires accompagnent vos moments de détente!

     


    2 commentaires
  •  

    Merci d'avoir accepté de répondre à cette interview :

     

    Interview de Mélanie Baranger

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Je m’appelle Mélanie, j’ai 25 ans, et j’écris depuis un moment maintenant. J’ai commencé apparemment très jeune, car ma maman à retrouvé des anciens textes un peu… ridicule je dois l’avoué, mais tellement mignon (j’avais 6 ou 7 ans ^^). Après j’ai reprit vers mes 14 ans, et davantage il y a 5/6 ans.

     

    Je suis travailleur sociale de formation. Je travail auprès de personnes âgées handicapées déficient légers. Sinon, je suis également bénévole dans différentes associations tant pour les humains que pour les animaux que je défends avec ferveurs.

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    C’est une passion dévorante que j’ai depuis toujours. Si je pouvais en faire mon métier, bien sûr j’en serais ravie. En attendant, j’aime mon premier métier : CESF [conseillère en économie sociale et familiale], qui permet de financer mes projets d’écriture et de me faire vivre ;).

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

     

    J’ai principalement fait des concours. Pour la recherche de maison d’édition j’ai crée un dossier pour contacter différentes maisons lorsque j’aurais terminé mes projets.

     

    4) Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Il y a plusieurs auteurs que j’adore !! Bien sûr je pense que ce sont des sources d’inspirations.

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Je n’ai que trois livres de publié actuellement. Deux recueils, avec différents auteurs : Damnations, en auto-publication et La musique à travers les époques, chez les Manuscrits Oroboros.

     

    Le seul livre que j’ai écrit seul, c’est Amours de chiens, l’histoire des chiens de Roumanie. C’est un livre d’histoires vraies sur les chiens de ce pays. Certaines sont plus joyeuses que d’autres, certains passages sont difficiles… Mais je voulais refléter du mieux possible la réalité du terrain, là-bas.

     

    Il est vendu au profit de l’association Mukitza.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Généralement, devant mon pc avec mozilla d’ouvert pour chercher des infos si besoin (sur des légendes, des créatures…) et ma page word. Très souvent facebook traine aussi en toile de fond, pour des petits instants : détente.
    Je mange, je bois, devant le pc… et fait juste des pauses « pipi », une vraie journée intensive de boulot ^^.

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Oui, ça m’arrive. Par exemple pour une nouvelle que j’ai écrite [http://barangermelanie.blogspot.fr/2013/10/bazar-du-celibataire.html] je me suis inspiré de mon copain avant notre rencontre. Son bureau était vraiment comme décrit dans ma nouvelle. Heureusement, depuis il s’est amélioré ;).

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

     

    J’espère de tout mon cœur que ce que j’écris plaira. Je le fais avec le cœur.

     

    Il y a pas mal de mes textes en libre lecture sur mon site, où sur des Webzine, je le fais principalement pour le plaisir des autres et le mien, pas forcément pour m’enrichir… même si, si je pouvais vivre de l’écriture, ce serais un réel plaisir.

     


    8 commentaires
  • Voici pour vous une petite interview de l'auteur Cyrille Amiel 

    Interview de Cyrille Amiel

    Bonjour,

    Merci d’avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    Bonjour, je vous remercie de m’avoir invité.

     

    1. Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

    Né en métropole, d’une famille d’artistes peintres, je vis depuis une vingtaine d’années à l’île de la Réunion. De formation luthier et professeur de saxophone, je suis passionné par l’art en général et par la littérature en particulier. Je suis tombé dans la science fiction et le fantastique lorsque j’étais petit et depuis, si j’ai élargi mon univers littéraire, je n’ai jamais abandonné ce genre.

     

    1. Avez-vous toujours voulu devenir écrivain et pourquoi ?

    L’envie de devenir écrivain est née lorsque j’ai découvert la lecture. Ma grand-mère travaillait dans une bibliothèque. Elle en avait les clefs et nous emmenait, le dimanche, emprunter des livres. Comme nous n’en n’avions évidemment pas le droit, l’expédition avait un délicieux goût de transgression. Sitôt la porte ouverte, ma grand-mère s’asseyait sur sa chaise, derrière sa table de travail et attendait notre retour. Elle notait scrupuleusement nos emprunts. Les jours suivants, nous échangions les livres, nous les commentions... Je pense que j’ai toujours eu envie de prolonger le plaisir de la lecture par l’écriture.

     

    1. Comment s’est déroulée votre recherche de maison d’éditions ?

    La recherche d’une maison d’éditions est sûrement l’une des phases les plus délicate pour qui veut se faire publier. L’attente semble parfois insensée et le temps apparaît alors toujours trop long. Néanmoins, j’estime avoir eu de la chance puisque ma recherche n’a duré qu’un an environ.  

     

    1. Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    Oui, j’adore Ray Bradbury, Jack Vance, Clarke entre autres. Je crois qu’inconsciemment on s’inspire toujours de nos auteurs favoris. Dans le fond, nous n’inventons rien, nous revisitons ou plutôt nous rendons visite à ceux qui nous ont inspiré.

     

    1. Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Je viens de publier aux éditions Amalthée, un roman qui s’intitule « Le crépuscule des anges ». J’étais animé par plusieurs envies.

    Je voulais d’abord me faire plaisir et me replonger dans mon passé en abordant les thèmes explorés pendant mon enfance et mon adolescence comme l’invasion extraterrestre ou les morts vivants ; et puis, j’avais besoin de donner du fond à mon récit. Pour cela j’évoque des problématiques comme les violences faites aux femmes, le racisme, avec une réflexion sur la question identitaire par exemple. Pour dénoncer les violences faites aux femmes, j’ai imaginé Olga, une tueuse en série qui tue tous les hommes qui tentent de la séduire. Il fallait que mon héroïne ne soit plus une victime potentielle mais un prédateur. Je trouvais intéressant d’inverser une tendance qui place habituellement les femmes dans une posture de victime. Dans mon roman, le méchant tombe sur plus fort que lui. Mais bien sûr, Olga n’est pas seulement une guerrière, c’est une femme qui a trouvé son âme sœur en la personne de Jean qui lui aussi a une relation particulière à la violence.

     Le couple est attiré à La Réunion par la première invasion extraterrestre de l’histoire. Ils vont découvrir l’île dans une ambiance de guerre et de fin du monde. Ils vont être confrontés à une loge maçonnique qui pratique des meurtres rituels.

    Pour accentuer l’effet dramatique, j’ai découpé mon récit en petites scènes qui font s’entrecroiser les personnages du roman. De cette façon, le lecteur a accès à l’ensemble des évènements presqu’en temps réel. Un peu comme dans la série 24 heures. Les vingt premières pages me permettent de lancer l’intrigue, de présenter les personnages et de planter le décor ; ensuite les personnages apparaissent les uns après les autres et font, avancer le récit à travers leurs aventures, jusqu’à ce que leur destin se croise.

    L’action est omniprésente, Le crépuscule des anges est un roman de combat qui aborde, je crois, frontalement des problématiques graves. Les scènes d’affrontement sont nombreuses, mon intention était de bousculer le lecteur en utilisant le rythme et le fond du récit.

    1. Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    J’écris quasiment tous les jours ou plutôt devrais-je dire toutes les nuits de deux heures du matin à cinq heures. Bien sûr, il m’arrive de relire et de revoir mes écrits pendant la journée en fonction de mon emploi du temps.

     

    1. Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans votre roman ?

    Oui, bien sûr. Mon récit se déroule à La Réunion et en particulier dans les rues de la ville de Saint Denis. Lors de mes déambulations, j’imaginais ici une attaque, là, l’immense pyramide d’où les extraterrestres émergent pour attaquer l’armée française. Pour les personnages, j’ai bien entendu observé mon entourage.

    1. Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteurs ?

    Tout d’abord, merci à ceux qui ont lu le livre. J’ai découvert que rencontrer un lecteur c’est faire la connaissance d’un ami que l’on ne soupçonnait pas. Pour mes futurs lecteurs, je leur exprime ma hâte et ma joie d’échanger avec eux.

     


    8 commentaires
  • Voici une petite interview de Losan Charo :

    Interview de Losan Charo

    Bonjour,

     

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

    Bonjour Aurélie,

    De rien, c'est moi qui vous remercie. C'est avec plaisir que je me prête au jeu de l'interview.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

    Je m'appelle Losan Charo, je suis un picard né en 1987. Derrière ce pseudonyme se cache un petit secret... Mais chut. J'aime les bons films (comique – action/aventure – fantastique), la musique et la lecture en général. Je me sens proche de la nature et des animaux. Je signe d'ailleurs beaucoup de pétitions pour les défendre. J'aime être en bonne compagnie et je me reserve également des moments de solitude, propices à cultiver mon jardin secret... Pour finir je suis une vraie tombe ! Les confidences sont bien gardées avec moi !

     

    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

    Je n'ai pas toujours voulu devenir écrivain. J'avais des bribes d'histoires en tête depuis des années et écrire fut le seul moyen de leur donner vie. Cela a été une aventure parfois difficile mais ô combien enrichissante ! L'AHADORYA – Bulle au coeur de lumière est mon premier roman et j'en suis très fier. J'ai très envie d'en écrire un autre. D'ailleurs, je m'adresse à tous ceux qui ont l'idée d'écrire mais qui n'osent pas : Lancez-vous ! et croyez-y !

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

    Je voulais travailler avec une maison d'édition en accord avec mes valeurs. J'ai trouvé en VFB Éditions un partenaire de choix. Je suis content de notre collaboration. En fait, je cherchais en particulier les petites et moyennes maison d'édition, celles qui ne ferment pas leurs portes aux nouveaux auteurs et developpent une véritable relation de confiance avec eux. 

     

    4) Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

    Ça va peut-être vous paraître étrange mais je n'ai pas d'auteur favori. Quand j'ai un livre entre les mains, je m'intéresse davantage à son contenu plutôt qu'à la personne qui tient la plume.

     

    5) Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

    L'AHADORYA – Bulle au coeur de lumière est en vente actuellement sur de nombreuses plateformes numériques. C'est l'histoire d'Emma et Nathan, frère et soeur. Un matin ils découvrent une belle jeune femme inanimée sur la plage. Cette rencontre unique est le point de départ d'une aventure incroyable et mystérieuse... J'adore la phrase d'accroche de VFB Éditions pour décrire ce roman : "Un Frère, une Soeur... Un Médaillon et une Relique... Une Prophétie qui dérange... Découvrez L'Ahadorya !".

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

    J'écris généralement le soir après ma journée de travail. Ma séance dure environ 1h30 à 2 heures. Je suis les étapes de mon "storyboard" et après chaque chapitre je me relis. Je n'ai pas établi de planning. J'écris quand je le sens, c'est le plus important. 

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

    En fait je m'inspire de mon entourage et des paysages mais cela reste minime à mon goût. À moins que je n'en aie pas conscience... J'ai déjà reproduit dans mes écrits des allures, des styles vestimentaires et des comportements de proches et de moins proches.

     

    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou furtur lecteur?

    À mes lecteurs, je les remercie vivement ! MERCI ! À mes futurs lecteurs, je ne saurais que trop vous inciter à acheter ce roman... À bon entendeur ! ^_^

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique