• Chronique L'année où je t'ai perdu d'Emily Martin

    CHRONIQUE DE L’ANNÉE OU JE T’AI PERDU D’ Emily Martin

    Prix : 17 E

    Pages : 336

    Editeur : Hugo New Way

    Chronique L'année où je t'ai perdu d'Emily Martin

    Résumé :

     

    Harper est la spécialiste des grosses bourdes. On peut même dire qu'elle y excelle ! L'année passée, elle s'est faite virer de son équipe de natation, a gagné la réputation de la pire garce du lycée, puis est devenue le mouton noir officiel de sa famille. Mais sa pire erreur est sans doute d'avoir perdu son meilleur ami, Declan.

     Après six mois d'absence et de silence, Declan revient dans leur ville natale pour y passer l'été. Tout chez lui semble différent : il est plus grand, plus fort, et surtout plus séduisant que jamais... Harper aussi a changé, surtout depuis qu'on a diagnostiqué un cancer à sa mère.

     Declan ne veut plus avoir affaire à Harper. Pourtant, il est le seul à qui elle aurait voulu se confier. Mais alors que le destin les rapproche à nouveau, ils devront décider ce qu'ils peuvent sauver dans leur histoire...

     

    Mon avis :

     

    Yo les Fifous, c’est Peter…. Pour Les livres en Folies… Aujourd’hui, c’est un Service Presse offert par les éditions Hugo et Roman que je vais vous présenter, il s’agit de « l’année où je t’ai perdu » et que vous pouvez retrouver dans la collection New Way ( pour un public young adult si vous préférez) . J’en profite pour remercier La maison d’éditions Hugo et Cie ainsi que Mélusine et Marion pour cette opportunité.

     

    Alors commençons par la couverture qui tout de suite m’a mis dans l’ambiance vacances avec son ciel bleu, la mer et son sable chaud… Le graphisme est très simple mais attire l’attention sur la vivacité des couleurs. Le résumé, lui m’a interpellé ! Pour une fois que nous avons une « garce » en personnage principal, j’espérai que j’allais passer un bon moment.

     

    Ici l’auteur renverse tous les « standards » d’écriture. En effet, alors que de plus en plus souvent nous avons affaire à des bad boys musclés, mauvais garçons, tatoués qui fument qui boivent, qui se la pètent à moto (moi jaloux… pensez-vous)… Nous avons dans ce texte, sa version féminine et comme amoureux transi, un étudiant lambda, studieux, normal, avec des réactions et une vie saine… Ce qui n’est absolument pas le cas ici pour notre héroïne. Elle souffre et pour échapper à sa vie, elle accumule les conneries… Elle n’a rien de parfait croyez-moi et franchement, je n’aurai voulu me retrouver dans la peau de Declan pour rien au monde car aimer ce genre de filles… borderline et très difficile à contenter… très peu pour moi.

    La plume de l’auteur est simple et grâce à cela, il nous est très facile de nous mettre à la place des personnages, de ressentir les émotions exacerbées des protagonistes, la douleur d’Harper, sa colère mais surtout et c’est ça le plus important, sa terreur à l’idée de perdre les gens qu’elle aime. Declan quant à lui est décrit surtout comme un maître Zen, il ne se fâche pratiquement jamais, reste distant, poli parce qu’il garde tout à l’intérieur de lui… Les personnages secondaires sont intéressants eux aussi même s’il m’a manqué un petit quelque chose, plus d’explications ou de révélations au sujet de Cory et Harper… En lisant le roman, j’avais l’impression qu’un secret énorme les liait mais… je ne sais pas il manquait ce petit « truc »…

     

    Donc le plus de ce roman, c’est vraiment la psychologie des personnages, entrer dans l’esprit tourmenté d’Harper est assez impressionnant et on à la fois envie de lui retourner une paire de claques pour la faire réagir et en même temps la serrer dans ses bras en lui disant que tout ira bien. L’auteur tente de nous faire comprendre que les adolescents et leur famille n’appréhendent pas le deuil et la maladie de la même façon… certains, vont s’enfermer dans le chagrin et repousser les personnes qu’elles aiment, d’autres souffrent en silence et tentent de continuer à vivre, certains encore vont vouloir repousser cette épée de Damoclès en dépassant les limites du raisonnable, voulant se prouver qu’il sont vivants, voire invincible à moins d’agir comme si tout était normal, comme si le sceptre de la mort ne rôdait pas dans la maison…

     

    En conclusion une belle histoire d’amour tragique mettant en scène deux adolescents pris dans la réalité de la vie et de la mort

    Ma note : 4/5

    « Chronique Lily épisode 1 à 3 de Karine Géhin et de William TinchantChronique Step Brother de Penelope Ward »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 5 Mai 2016 à 10:38

    ah l'échange de standards à l'air cool 

    2
    siji
    Dimanche 8 Mai 2016 à 01:41

    j'ai pas été trop convaincue :/

    3
    Welsie
    Lundi 9 Mai 2016 à 15:49

    Je ne suis pas trop tentée par ce titre alors je préfère passer mon tour

    4
    jade isabelle
    Dimanche 17 Juillet 2016 à 13:45

    merci pour cette chronique :) je ne sais pas si je vais me laisser tenter, les avis sont mitigés :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :