• Chronique de deux romans de Gilles Milo Vacéri

    CHRONIQUES DE DEUX LIVRES De

    GILLES MILO-VACERI

    C’est dans le cadre d’un service presse avec les éditions VFB que j’ai eu la chance de lire deux livres de cet auteur que je ne connaissais pas et je dois dire que ce fut une très belle surprise.

     

    CHRONIQUE DE STAN

    Prix : 5E

    Pages : 636

    Editeur : VFB

    Chronique de deux romans de Gilles Milo Vacéri

    Résumé :

    Samedi 6 juillet 2013, 17h30.

    C’est une belle après-midi d’été et Marseille somnole tranquillement au gré du soleil et d’une température encore trop étouffante.

    Quand le commandant Fabian Galardino de la criminelle apprend qu’un autobus de la ville a été la cible d’un attentat, il se rend immédiatement sur place. Il découvre un véritable carnage, perpétré par deux tueurs chinois lourdement armés, où sept personnes ont été tuées, y compris Isabelle, son ex-femme. Bien que divorcé, Fabian espérait secrètement la reconquérir un jour prochain. Effondré, il est mis en congé par son divisionnaire, Marcel Lagrange.

    Deux jours après ce drame, Stan, le tueur en série surnommé Le Nettoyeur, s’évade des Baumettes. Cet ancien officier de la Légion Étrangère a été condamné pour les assassinats sauvages d’une ribambelle de dealers marseillais. La mort de sa fille de quatorze ans ayant succombé à une overdose et le suicide de son épouse l’ont poussé à commettre cette terrible hécatombe par vengeance. Pour l’avoir arrêté une première fois, le commandant Galardino est rappelé d’urgence et on lui demande de retrouver Stan, toutes affaires cessantes.

    Fabian en profite pour garder un œil discret sur l’attentat du bus dont l’enquête est dirigée par son meilleur ami et adjoint, le capitaine Guy Larboise. Chez l’un de ses indics, il rencontre Sonia Vecchia, une journaliste d’investigation indépendante qui va le mettre sur une piste très inquiétante, alors que de son côté, Stan semble avoir complètement disparu.

    Dessaisi et suspendu suite à une opération de police mal organisée, Fabian Galardino ne renonce pas et poursuit malgré tout ses investigations qui l’emmèneront au bout du monde, du Liban à la Chine, en passant par la Corée du Sud.

    De nombreuses questions assaillent sans cesse son esprit. Pourquoi Stan s’est-il évadé et comment a-t-il pu disparaître sans laisser de traces ? Que viennent faire des chinois dans un règlement de comptes à Marseille ?

    Entre l’attentat, un deuil douloureux, Stan en cavale, plusieurs tentatives d’assassinat, une prostituée chinoise qui parle un français impeccable, un trafic de stupéfiants qui repose sur une nouvelle héroïne plus pure que jamais et de rares indices parfois contradictoires, Fabian comprend rapidement qu’il a mis les pieds dans un véritable nid de frelons.

    Un nid de frelons asiatiques, bien sûr...

     

    Mon avis :

    D’abord je vais vous parler de « Stan ». Stan est un roman policier dont la couverture m’a laissé un peu perplexe je l’avoue. Un homme de dos qui longe une route ; Serait-ce ce fameux « Stan » ? 

    Et ce résumé qui me titille qui me tend à penser qu’il y aura de l’action en pagaille, de l’émotion…

    Et je peux dire que je n’ai pas été déçue. Parlons un peu des personnages qui sont nombreux dans le livre mais on s’y retrouve sans problème. Alors les quatre personnages principaux

    Fabian, flic… un peu… borderline dont même les émotions sont à fleur de peau. Fabian qui vient de perdre dans un attentat son ex-femme. Fabian pour qui l’amitié n’est pas un vain mot. Ce dernier éprouve même du respect pour Stan qu’il a arrêté quelques années plus tôt et qui vient de s’évader…

    Sonia Vechhia, une journaliste va l’aider dans sa quête pour l’aider à retrouver les assassins de son ex-femme. Elle va le suivre jusqu’en Chine pour traquer les meurtriers mais Sonia est-elle vraiment une simple journaliste. Quels sont ses sentiments pour Fabian ?

    Mei ling, la prostituée mais qui semble très bien connaître Fabian avec lequel elle va nouer une relation uniquement basée sur le sexe. Mais elle non plus n’est pas ce qu’il parait…

    Stan, le Nettoyeur, 50 meurtres à son actif… Un homme cruel, violent. Quel est son lien avec Fabian…

    La plume de l’auteur nous entraîne dans une intrigue très bien ficelée (même si elle est un peu longue). On ne s’ennuie pas une minute, passant de rebondissements en scènes sensuelles un peu osée mais décrite d’une façon si réaliste qu’on s’y serait cru…

    J’ai adoré les personnages, surtout Sonia et Stan. J’ai trouvé Fabian assez « mufle ». Il se doute des sentiments de Sonia à son égard ce qui ne l’empêche pas de « baiser » comme il le dit lui-même avec Mei ling sous le nez de la jeune femme. Puis Stan, qu’on ne peut s’empêcher d’apprécier malgré la violence qui l’entoure, la rage qui le consume et on se rend compte que le respect que Fabian ressent à son égard est partagé….

    En lisant ce roman, j’avais l’impression d’être dans les rues de Marseille, pris au centre de règlements de comptes mafieux, le bruit d’un pot d’échappement m’a même fait sursauter pendant une scène d’action où des grenades étaient utilisés tellement j’étais prise dans l’histoire.

    En conclusion, un roman Policier à lire absolument, où se mélangent action, érotisme, amitié, frisson et angoisse

    Ma note : 4.5/5

     

     

     

    CHRONIQUE DE OPERATION LUPO ROSSO

    Prix : 5E

    Pages : 438

    Editeur : VFB

    Chronique de deux romans de Gilles Milo Vacéri

    Résumé :

    Adriano Massarelli et Vito Borghese sont nés en 1924. Vito est le fils unique du capo di tutti capi, le Parrain qui représente Cosa Nostra en Sicile. Adriano, dont les parents sont décédés, est élevé par Zio Marcello et son épouse, métayers du Parrain. La merveilleuse période de l’enfance, faite de défis, de bagarres et des premiers dangers, soudera une amitié indéfectible entre Adriano et Vito. Quand la guerre éclate, les deux amis ont à peine vingt ans et ils prennent la tête d’un groupe de résistance pour lutter contre la barbarie fasciste et nazie jusqu’au débarquement des alliés, en 1943.

    Après le décès de Don Alessandro Borghese, Vito devient le nouveau Parrain de Cosa Nostra. Si Adriano lui pardonne son implication dans la mafia, une rivalité féminine, l’assassinat barbare de Zio Marcello par les chemises noires puis des accords sur un trafic de stupéfiants vont avoir raison de leur amitié.

    Adriano quitte la Sicile et suit un colonel de l’O.S.S. pour continuer la campagne d’Italie.

    Vingt ans après, la French Connection bat son plein grâce à Cosa Nostra, installée en Sicile comme aux États-Unis et la mafia corse, en France. Les Américains identifient l’un des principaux fournisseurs de drogue : Don Vito Borghese, le nouveau parrain de Cosa Nostra.

    On demande aux autorités italiennes de faire le nécessaire pour mettre fin à ces exportations dramatiques de stupéfiants. C’est ainsi qu’est mise en place l’opération Lupo Rosso. Mais Lupo Rosso est surtout le nom de code de leur meilleur agent du Service Action... Le colonel Adriano Massarelli !

    L’amitié sera-t-elle plus forte que la guerre entre mafia et justice ? Et Vito Borghese, pourra-t-il choisir entre le serment de l’omertà et une amitié perdue depuis vingt ans ?

    De plus, une sombre énigme appesantit le passé déjà bien lourd du clan Borghese.

    En Sicile, les squelettes ne restent jamais dans les placards et l’on finit toujours par les déterrer. Même quarante ans après... 

     

    Mon avis :

    J’ai « attaqué » Opération Lupo Rosso juste après la lecture de Stan et je dois dire que là aussi ce fut une découverte surprenante.

    Le roman est composé de deux parties.

    Dans la première, nous faisons connaissance avec les héros principaux, Adriano et Vito. Deux enfants dont le destin se croise en Sicile. Vito est le fils du « parrain », Adriano, lui est élevé par les métayers sur la propriété. Tout les sépare mais au fil des années, les deux garçons vont grandir…

    Dans cette partie du roman, l’auteur nous fait ressentir l’insouciance des jeunes gens, protégés par « la famille » mafieuse. Envers et contre tout ils vont devenir amis jusqu’à la trahison de Vito…

    C’est la guerre aussi en Italie où le Fascisme est présent et c’est uni dans le combat, investi dans la résistance que les deux jeunes vont « grandir ».

    Dans cette partie, l’auteur nous entraîne au gré de sa plume… amour, amitié, trahison, tristesse… C’est avec la larme à l’œil que l’on termine la première partie

    Dans la seconde partie du roman, les héros sont adultes, ils ont fait leurs vies… Mais le passé rattrape Adriano qui va devoir prendre des décisions lourdes de conséquence. Vito est devenu le « parrain » après la mort de son père… mais ce dernier s’est associé à des individus peu recommandables et c’est un véritable trafic de drogue internationale que Vito doit « gérer » et c’est à cause de ce trafic qu’Adriano est contraint de replonger dans le passé. Son but, détruire la cosa nostra et même… Vito s’il le faut…

    C’est à présent dans l’action que nous plonge l’auteur, bâtiments en flammes, bombe artisanale, pertes humaines … mais l’intrigue est tellement bien ficelée qu’on suit avec passion Adriano dans ses péripéties…

    On sait qu’il cache un secret et que celui-ci concerne Vito… mais on ne l’apprendra qu’à la fin du tome, nous laissant littéralement sur les fesses.

    En résumé un roman magnifique où l’on ne s’ennuie pas une seconde. On apprend un peu mieux la vie des « mafieux » et je dois avouer que c’était assez instructifs… A lire pour les amateurs d’action…

    Ma note : 4/5 ( à cause de la mort de Rosa…)

     

    « C'est lundi 09 Juin 2014 Que lisez-vous ? Top 10 Tuesday 10 Juin 2014 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :