• Chronique Abulele au pays des hommes

    Chronique Abulele au pays des hommes

    Prix : 17.99 E

    Studio : Koba Film

    Chronique Abulele au pays des hommes

    Résumé :

     

    Adam est inconsolable depuis la disparition de son grand frère. Un jour, il découvre un abulele, créature légendaire invisible pour la plupart des hommes. Malgré les apparences, le monstre est très gentil et attachant : ils deviennent secrètement les meilleurs amis du monde ! Mais une unité spéciale est aux trousses de la créature. Pour sauver son copain, Adam doit le ramener d’où il vient...

     

    Mon avis :

     

    De temps en temps, comme vous l'aurez remarqué, je m'attelle aussi à la rédaction de chronique de séries ou de films gentiment offert en service presse par Koba films et je remercie sincèrement Sandrine pour sa confiance.

     

    Cette fois, il s'agit d'un film familial dont je vais vous parler, Il s'agit du film Abulele. Il s'agit d'un film israëlique datant de 2015, réalisé par Jonathan Geva et qui peut convenir à tout public. D'une durée de 90 minutes, il n'est pas trop long pour un jeune public, et pas non plus pour les parents qui regarderont ce film avec leurs enfants.

     

    Voici tout d'abord l'intrigue, qui j'avoue est parfaitement bien menée. Le jeune Adam est perturbé par la mort de son grand frère dont il s 'en rend responsable. Et si à la maison ce n'est pas la joie, on peut dire qu'à l'école c'est encore pire, car il est non seulement en bute avec la méchanceté des autres élèves, mais aussi de son professeur qui ne fait rien pour qu'Adam ne soit pas en échec scolaire.

    Alors qu'il se réfugie dans les caves de son immeuble pour revivre encore et encore les souvenirs de son frère, il réalise qu'il n'est pas seul et qu'une créature s'y cache. C'est le concierge de l'école qui lui révèlera ce qu'est la créature : un Abulele... Un monstre que les parents utilisent pour effrayer leurs enfants, mais les monstres ne sont pas toujours ceux auxquels on pense.

     

    Je dois avouer que l'acteur jouant le rôle du jeune Adam, Yoav Sadian, est parfait dans son rôle. Il nous entraîne dans son jeu d'acteur et on ne peut que succomber face aux émotions qu'il parvient à nous faire ressentir à travers son rôle. On reste fasciné devant la tristesse qui émane de son regard, mais aussi de la grande sagesse dont il fait preuve...

     

    Un autre personnage dont je vais vous parler, c'est le professeur d'Adam, celui-ci, je l'ai détesté, le trouvant imbuvable et j'ai éprouvé un sentiment d'injustice envers le jeune garçon, tout ça pour en arriver au fait que là aussi, l'acteur a rempli sa fonction à merveille...

     

    Il y a d'autres personnages, mais je ne vais pas tous les détaillez, sachez seulement, que je les ai trouvés tous très convainquant.

     

    Passons maintenant à ce que j'ai ressenti en visionnant le film. Tout d'abord, sachez que j'avais vu la bande annonce et que je craignais une nouvelle fois une histoire larmoyante... Et oui, j'avais raison, car mon petit coeur tendre s'est fissuré à de nombreuses reprises pendant ce visionnage et je dois avouer avoir même laissé échapper quelques larmes à la fin, surtout que le thème abordé, la façon dont est perçu le deuil chez un enfant et aussi le sentiment de la culpabilité du survivant qui étreint le jeune Adam nous bouleverse à chaque instant...

     

    En conclusion, un film que je recommande à ceux désirant voir un film en famille. Un concentré d'émotion, une belle leçon de vie et de courage.

     

    Ma note : 4,5/5

     

     

    « Chronique Les ailes d'émeraude tome 3 : L'île des secrets d'Alexiane DE LYSChronique PS, I like you de Kasie West »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :