• A la rencontre de l'auteur Erwan David-Shane

    A LA RENCONTRE DE L'AUTEUR ERWAN DAVID-SHANE !!

    A la rencontre d'Erwan David

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Bonjour, je me nomme Erwan-David Shane. Je suis romancier originaire des Charentes, plus précisément de LA Charente sud. Lunéas est une saga que j’imagine depuis que j’ai l’âge de 10 ans. Aujourd’hui j’en ai 30 et ça ne fait que quelques années que je l’écrit. Ma région, ma Charente m’a inspiré une grosse partie de mon histoire que j’ai mélangée aux contes et légendes existants, en inventant tout un univers énorme, fantastique et magique. Oui, j’ai grandi dans un hameau plus qu’ancien et j’y ai mes plus beaux souvenirs, ce qui d’ailleurs a permis d’élaborer tout cet imaginaire plus grandiose que jamais. Oui, je n’ai pas eu une vie comme les autres et oui, à l’époque ce fut difficile, mais aujourd’hui, je me rends compte que c’était tout ce qui pouvait m’arriver de mieux. Ma mère n’avait que très peu d’argent et elle nous élevait seule, mon frère, ma sœur et moi. Nous vivions dans un hameau du nom de Cressac, petite bourgade de paysans camouflés au fin fond de plusieurs centaines d’hectares de champs et de forêts denses, pour dire que c’était perdu. Nous étions dans une grande maison vétuste qui n’avait aucune commodité. Au début, elle utilisait des Bassinoires achetées dans les brocantes et grâce à la cheminée qui crépitait très souvent, elle les remplissait de braise pour ensuite chauffer nos lits. La cheminée servait aussi à faire cuire le lait et le café. Elle nous lisait souvent les contes de Grimm quand nous allions au lit, des contes imprimés dans des livres qui étaient immense : 80cm sur 40cm, il me semble. C’était du pur bonheur. Oui, les travaux coûtaient très chers, et donc le temps d’avoir tout ce dont on avait besoin, elle faisait comme elle le pouvait. Nous avons aussi connus ce qu’on appelle les pots de chambre, pendant plusieurs années, le temps de faire construire une salle de bain et des toilettes. Oui, se laver dans une lessiveuse pendant des années n’était pas simple, mais pas insurmontable. Souvent, n’ayant pas les moyens d’acheter de l’essence pour la voiture, elle demandait à notre voisin fermier, à qui il manquait un pied et avait un sabot à la place, d’aller nous chercher au collège avec sa vielle voiture des années 50. Aujourd’hui, il cuisine toujours dans un chaudron au-dessus de sa cheminée. Nous avions honte à l’époque, mais maintenant, je me rends compte que la difficulté a engendré pas mal de chose dans mon esprit. Je me sentais seul, je n’avais pas besoin d’amis à qui me confier, je m’étais créé un monde enchanté dans lequel j’aimais aller m’y perdre. Un monde qu’aujourd’hui j’écris. Souvent, nous prenions la voiture pour faire 20km et aller au marché de la ville la plus proche, Chalais. Nous croisions régulièrement les paysans voisins qui roulaient sur leurs vieux tracteurs anciens, refusant la modernité. Hum, le marché de Chalais où toutes les victuailles se trouvaient en étalage. Ils hurlaient tous pour vendre leurs produits, poissons, fromage, viandes et autres. Beaucoup de gens, de fermiers et d’animaux étaient présents. J’adorais aller voir les animaux à vendre, ils étaient beaux. Tout ça pour dire que mon enfance a tenu un rôle important dans mon imagination. J’espère m’être bien présenté.

     

    2) Avez-vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    Oui, j’ai toujours voulu le devenir et ce depuis que j’ai 10 ans, où j’ai commencé à écrire des histoires. La Charente m’a porté et aujourd’hui je mets en œuvre le fruit de cette imagination, de ce vécu et de cette enfance dont j’ai été le l’acteur. Cette enfance pauvre mais enrichissante. Vivre avec rien vous apprends les valeurs et les joies de vivre ensemble. Je crois, que toute cette ambiance ancienne avec quelques peu de modernité a généré cette envie d’écrire aussi. Quand on est gosse et que nous voyons les choses d’un autre œil que celui de nos camarades de classe qui avaient cette chance d’avoir toute la modernité et les commodités dont ils avaient besoin, je crois que ça forge le caractère et je pense que ça pousse l’esprit vers d’autres horizons : pour moi ce fut l’écriture, très tôt. Moi, contrairement à beaucoup d’autres qui font croire qu’ils écrivent depuis qu’ils sont jeunes pour se donner une bonne image, j’ai réellement commencé très jeune. Et j’en ai les preuves à l’appui. Je passais des heures et des heures sur mon bureau à écrire des histoires au lieu de faire mes devoirs, ce qui m’a valu des punitions par ma mère, des rouspétances des professeurs. Dans tous mes bulletins, ils disaient tous que j’étais un grand rêveur, qu’au lieu d’écouter les cours, j’étais ailleurs. Parfois il était impossible pour eux d’obtenir mon attention. Ils se demandaient tous à quoi je pouvais bien rêver les yeux ouverts. Ils avaient beau m’appeler ou m’interpeller, mais non, j’étais ailleurs. Aujourd’hui, je l’écris et je vous le montre.

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ? Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

     

    J’ai très envie de rire sur cette question, car les maisons d’éditions sont très malhonnêtes. J’ai beau avoir présenté mes manuscrits, j’ai jamais eu de bons retours : il fallait changer la romance gay, écrire plus de pages pur avoir un tome plus gros et j’en passe. L’écriture est avant tout une aventure personnelle dans laquelle on trempe notre vécu, notre vie, nos opinions. Jamais je ne laisserai qui que ce soit dicter comment je dois travailler mon histoire, c’est d’une importance capitale. Elle fait partie de vous, c’est vous. Les maisons d’étions en demandent trop aujourd’hui. Hors un livre, ça prend du temps, ça doit se façonner comme une belle chose. Certes, ce que je fais ne sera certainement jamais parfait, mais en tout cas je fais tout mon possible pour donner le meilleur. C’est pourquoi j’ai trouvé que l’auto-édition était la meilleure voie pour mes livres. Je reste maître de tout mon travail et j’avance à mon rythme. Et surtout, je garde la magie de l’écriture.

     

    4) Avez-vous un auteur favori ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    J’ai plusieurs auteurs favoris, de par leur imagination grandiose : C.S Lewis, Grimm, J.R.R Tolkien, J.K Rowling. Ce qui est étrange c’est qu’ils m’inspirent tous sans exceptions. D’ailleurs, J’ai beaucoup de points communs avec J.K Rowling, dans le sens où nous avons eu le même vécu, presque similaire. Aussi, J.R.R Tolkien, de son vivant, avait créé un groupe d’écriture en Angleterre. Il était d’ailleurs très ami avec C.S Lewis et parmi eux, un autre auteur du nom de Robert Quilter Gilson. Oui, il portait le même vrai nom de famille que le miens, car Erwan-David Shane n’est qu’un nom d’auteur (avec significations très personnelles). J’ai des origines Irlandaises que je ne peux pas nier. Des amis m’avaient demandé si j’avais un lien avec ce Robert Quilter Gilson. Je ne peux rien dire à ce sujet.

     

    5) Pouvez-vous nous présenter un de vos livres ?

     

    Alors, je vais présenter surtout ma saga, que j’écris maintenant depuis quelques années, car je n’ai que cette histoire qui sera développée en plusieurs tomes. Lunéas est le titre de la saga, mais aussi le nom de famille de mon héros « Matt Lunéas ». Nous naviguons donc entre deux mondes : la Terre (surtout en Europe) et un royaume lointain qui existe par-delà le nôtre « Arcane ». Ce royaume est enchanté et a développé toutes ces légendes que nous connaissons sur Terre. Bref, je ne vais pas divulguer d’informations, je vais laisser les lecteurs découvrir par eux même. Je vous donne les résumés du tome 0 et du tome 1. Lunéas, tome 0-chevaliers : Arcane, un royaume déchiré. Le Seigneur Alias, sous les ordres du Seigneur Serpent Victor Darius, prend plein pouvoir et déclare la guerre au royaume en renversant la plupart des Ordres qui le gèrent, contraignant Mr Félix à fuir vers un autre monde, grâce à une clef magique, avec ses filles et ses petits-fils. Bien des années plus tard et devenu bien vieux et malade, Mr félix apprend la disparition de l'ordre des chevaliers et se doit de renvoyer ses petits-fils dans leur monde afin de sauver le royaume. Commence alors une aventure extraordinaire pour Jack, Peter et Erwan, les trois petits fils de Mr Félix. Ils devront déjouer les tours malfaisants du seigneur et se confronter à ses sbires. Entre trahisons et magie, ils connaîtront leurs origines et découvriront petit à petit leur terre natale et les différents peuples d’Arcane, ainsi que la fameuse prophétie concernant Mathieu Lunéas. Mais pour eux le temps est compté. Le Seigneur fait détruire tous les villages qui opposeraient une résistance potentielle et lève une armée dans les Terres Maudites pour envahir le royaume afin de mettre en place une grande guerre qui se déroulera dans l'autre monde, selon la prophétie Lunéas. Une bataille s’annonce ! Arriveront-ils à vaincre le Seigneur ? Lunéas, tome 1-sortilège : Mon existence n'était qu'un vaste songe éphémère, qui ne me montrait que la partie visible de mon histoire. Un rêve m'avertit de la mort de mes parents, et quand je me réveillai, je découvris la réalité : je pouvais voir les fantômes et leur parler. Je décidai de retourner dans les lointaines contrées charentaises, à Angoulême, afin de déceler la vérité sur la disparition de mes parents... Un sortilège commença alors à dicter ma destinée. Ma rencontre avec deux hommes bouleversa ma vie, et je ne tardai pas à découvrir la véritable identité de celui que j'aimais. Mon secret, que moi-même j’ignorais, fut révélé le jour de mes 30 ans. Le compte à rebours avait déjà commencé : deux clans amorceraient bientôt le prélude d'une guerre. Quel est mon secret ? Qui se cache derrière la mort de mes parents ? Et surtout, qui cherche à m'éliminer ? Pour toute cette saga, j’ai publié en premier le tome 1 pour des raisons liées à l’histoire. Le tome 0 va suivre ensuite, mais rien empêchera aux lecteurs de comprendre, au contraire. Le tome 0 fut écrit en premier. J’ai inventé entièrement un royaume magique qui sera lié par la suite à notre propre monde. J’ai dessiné une carte complète, créé entièrement un langage complet en me basant sur la phonétique des runes celtiques, crayonné des croquis et personnages. Et comme les deux mondes sont connectés, j’ai dû imaginer tout un univers entre les deux, inventant ainsi tout un mode de vie des êtres magiques sur Terre, comme les Ascensogares, Lupercale, l’Arcadémie et bien d’autres choses. Tout ce travail est de longue haleine, mais au final, les lecteurs seront transportés dans un univers complet et unique qui mélange la fantasy, le fantastique, la bit-lit et le contemporain. Le défi fut très dur d’arriver à mélanger tous ces genres, mais au final j’en suis ravi, car j’ai réussi.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Mes journées d’écriture sont remplies d’actions, de magie, d’amour. Pfff, c’est une épopée qui se déroule sans cesse dans ma tête et que j’essaie au mieux de coucher sur papier, du moins le plus souvent sur ordinateur. J’écoute sans cesse une musique inspirante qui correspond parfaitement au thème du chapitre ou autre. Je repense à de longs souvenirs du passé et ensuite s’enclenche l’écriture, aussi passionnée que méditée. J’écris une nouvelle histoire en m’inspirant de la mienne, me donnant ainsi l’impression de revivre ma vie dans une autre histoire, sans pour autant reculer. J’avance dans la vie et je pense très sincèrement que d’écrire cette saga est pour moi le meilleur moyen de m’exprimer, de pouvoir dire des choses que personne ne chercherait à comprendre, car le monde tombe dans un égoïsme incessant. Mais de les conter me permet de les dire ces choses et d’enfin les avouer aux gens. Après, je ne fonctionne pas comme beaucoup d’écrivains. Des fois, je peux passer des semaines sans rien écrire. J’ai besoin de penser, d’imaginer à fond avant d’y mettre des mots. Quand je passe mes journées entières de repos à écrire, avant toute chose j’ai besoin de me mettre dans l’ambiance : un fond musical, la cheminée, être seul… ainsi, je me couche sur mon canapé regardant le plafond et je pense, j’imagine. Je m’immerge dans l’univers que j’écris jusqu’à ce qu’il ne devienne à part entière le monde qui m’entoure : là je peux alors commencer à écrire, car je vis en même temps ce que j’écris. Je ne saurai pas trop comment expliquer ça, c’est très difficile, mais je pense que vous avez compris. J’avais d’ailleurs discuté avec une infirmière en pédopsychiatrie. Attention, je ne suis pas fou, mais de comprendre cette façon de voir les choses et de pouvoir inventer un imaginaire aussi grand était important. Elle m’avait parlé du principe de résilience. C'est l'aptitude d'un individu à se construire et à vivre de manière satisfaisante en dépit de circonstances traumatiques. En gros, il faut comprendre que je me suis construit tout seul, ou presque, en me protégeant dans un monde magique. Un monde que je développe aujourd'hui dans mes livres, mais tout en gardant une mémoire évolutive, c'est à dire, sans me laisser déborder par les traumatismes du passé, mais sans les oublier. Concernant le principe de résilience et afin d'en apprendre encore plus, je vous invite à lire les livres de Boris CYRULNIK, psychiatre et psychanalyste français. C’est passionnant ! J’ai pas mal voyagé pour écrire cette saga, notamment en Angleterre, en Italie, au Portugal, en Ecosse. Les lieux m’inspirent et j’ai écrit dans certains lieux mythiques comme le Caffé Florian à Venise, le Majestic Café et la librairie Lello & Irmao à Porto, le célèbre café/restaurant Le Train Bleu à Paris, le pub Sherlock Holmes à Londres et le célèbre café Elephant House à Edimbourg en Ecosse.

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Oui, j’utilise l’entourage que j’ai connu ou que je connais pour inventer des personnages. Je me sers de leur trait de caractère afin de concevoir mes héros, cela permet d’avoir de bonnes bases en matière de caractères, de comportement. Ça donne une authenticité aux personnages inventés, comme s’ils étaient vrais. Le lecteur aura donc l’impression qu’ils existent vraiment et pourra alors s’identifier à l’un d’eux en fonction des affinités. Les traits de caractères correspondent tous à quelqu’un que j’ai connu dans ma vie, du plus sage au plus excentrique. Cette façon de procéder st intéressante, car on n’oublie pas les personnes qui sont passées dans notre vie, mais qui malheureusement n’en font plus parti parce que c’est ainsi. C’est une façon de ne pas les oublier et de montrer qu’ils vous ont marqué à un moment donné de votre existence. Je trouve que c’est une belle manière de leur rendre hommage. En ce qui concerne les paysages, tous ceux décrits dans le tome 1 de Lunéas sont réels. Quoi de mieux que de coucher sur papier des lieux qui vous ont marqué à vie ? Comme j’ai dû l’avoir déjà dit, la Charente m’a porté. Les livres retranscrivent mon vécu d’une certaine manière. D’ailleurs, dans ce tome 1, je donne une phrase qui sera pensée par mon héro principal, Matt Lunéas : « Toute cette ambiance campagnarde et forestière qu’offrait ma région était des plus réconfortantes, personnifiant la génitrice de mes souvenirs d’enfance ». Cette phrase montre parfaitement ce que je ressens. Il n’est pas évident de décrire des paysages et surtout de faire en sorte que le lecteur en ressente l’ambiance, la douceur et l’envie de s’y plonger pour sentir l’herbe fraiche, le vent doux, etc. Il faut trouver les bons mots, réconfortants et enivrants. Il faut donner envie et c’est ce que j’essaie de faire. Je ne dis pas que je le fais super bien, mais j’essaie au mieux. Décrire l’ambiance d’un paysage n’est pas chose facile, mais c’est extra de pouvoir confier son ressenti aux lecteurs.

     

    8) Avez-vous un mot à dire à vos lecteurs ou futur lecteur?

     

    Oui, j’aurai un dernier petit mot à dire aux lecteurs. J’espère pouvoir vous transporter dans mon univers et vous faire rêver. Si toutefois quelqu’un n’aime pas, ce qui arrive forcément, car on ne peut pas plaire à tout le monde, je vous demande juste d’essayer et d’en faire votre propre opinion. Suivre un avis négatif et dire qu’on ne le lira pas n’est vraiment pas la bonne attitude à avoir. Ce qui ne plaît pas à votre ami, frère, sœur et j’en passe, peut vous plaire à vous. Je ne vous garantis pas être le meilleur auteur, mais je me donne à fond pour transporter les gens. Alors à vous de me suivre, ou pas. Mais j’espère que vous serez de la partie et que ensemble nous voyageront.

     

    POUR LES CURIEUX, VOICI SES LIVRES =

     

    Lunéas tome 0

    A la rencontre de l'auteur Erwan David-Shane

    Lunéas, tome 0-chevaliers : Arcane, un royaume déchiré. Le Seigneur Alias, sous les ordres du Seigneur Serpent Victor Darius, prend plein pouvoir et déclare la guerre au royaume en renversant la plupart des Ordres qui le gèrent, contraignant Mr Félix à fuir vers un autre monde, grâce à une clef magique, avec ses filles et ses petits-fils. Bien des années plus tard et devenu bien vieux et malade, Mr félix apprend la disparition de l'ordre des chevaliers et se doit de renvoyer ses petits-fils dans leur monde afin de sauver le royaume. Commence alors une aventure extraordinaire pour Jack, Peter et Erwan, les trois petits fils de Mr Félix. Ils devront déjouer les tours malfaisants du seigneur et se confronter à ses sbires. Entre trahisons et magie, ils connaîtront leurs origines et découvriront petit à petit leur terre natale et les différents peuples d’Arcane, ainsi que la fameuse prophétie concernant Mathieu Lunéas. Mais pour eux le temps est compté. Le Seigneur fait détruire tous les villages qui opposeraient une résistance potentielle et lève une armée dans les Terres Maudites pour envahir le royaume afin de mettre en place une grande guerre qui se déroulera dans l'autre monde, selon la prophétie Lunéas. Une bataille s’annonce ! Arriveront-ils à vaincre le Seigneur ?

     

    Lunéas tome 1

    A la rencontre de l'auteur Erwan David-Shane

    Lunéas, tome 1-sortilège : Mon existence n'était qu'un vaste songe éphémère, qui ne me montrait que la partie visible de mon histoire. Un rêve m'avertit de la mort de mes parents, et quand je me réveillai, je découvris la réalité : je pouvais voir les fantômes et leur parler. Je décidai de retourner dans les lointaines contrées charentaises, à Angoulême, afin de déceler la vérité sur la disparition de mes parents... Un sortilège commença alors à dicter ma destinée. Ma rencontre avec deux hommes bouleversa ma vie, et je ne tardai pas à découvrir la véritable identité de celui que j'aimais. Mon secret, que moi-même j’ignorais, fut révélé le jour de mes 30 ans. Le compte à rebours avait déjà commencé : deux clans amorceraient bientôt le prélude d'une guerre. Quel est mon secret ? Qui se cache derrière la mort de mes parents ? Et surtout, qui cherche à m'éliminer ?

     

    Vous aurez l'occasion de retrouver mon avis sur le premier tome ICI

     

    Son blog = ICI

    Sa page = ICI

    Pour acheter ses livres = ICI 

    « Chronique Maybe Someday de Colleen HooverChronique Fixed on you tome 1 de Laurelin Paige »

  • Commentaires

    1
    claire savel
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 10:29

    Waow , merci pour ce bel interview ! tout cela nous donne envie de découvrir ERWAN DAVID-SHANE ! 

    2
    PETEK Yvette
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 11:20

    cela me fait toujours chaud au coeur de lire les articles sur Erwan-David. je vous invite à découvrir son univers qui  est juste "fantastique et magique"...

    3
    Un grand fan
    Mercredi 16 Septembre 2015 à 12:43
    Un grand écrivain, avec une vie dure mais fabuleuse. On comprend mieux ses écrits magistraux. Une belle personne bourrée de talents.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :