• Bonjour,

    A la rencontre de l'auteure Christelle Colpaert

    Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette interview.

     

    1) Pouvez-vous vous présenter un petit peu ?

     

    Je suis née en 1976 à Seclin dans le Nord de la France, j‘ai 3 garçons de 15/10 et 8 ans et je travaille dans la fonction publique depuis 1999.

     

     

    2) Avez vous toujours voulu devenir écrivain ? Pourquoi ?

     

    J’ai toujours aimé écrire, que ce soit des rédactions au collège, que des textes engagés au lycée, qui étaient mis en musique par un gars que j’avais rencontré via ma prof d’éco-droit en terminale. J’ai abandonné au moment où j’ai quitté le lycée.

    Ensuite, j’ai voulu adapter un classique en comédie musicale, Heidi, la petite fille des montagnes. Le problème était que j’étais très rêveuse et que je n’ai trouvé personne pour les mettre en musique.

    En 2005, lors de ma seconde grossesse, j’ai commencé un roman policier. Je l’ai toujours sur mon ordinateur et pour être honnête, il ne ressemble à rien aujourd’hui.

    J’ai entamé plusieurs manuscrits avant de les fusionner pour créer SacrificeS en 2012.

    J’ai fait tout ça en cachette, parce que ça me faisait du bien de vivre dans un monde à part, seule, loin de tout et puis, j’ai fini par en parler à mon fils aîné en lui faisant promettre de garder le secret.

    Il a tenu 2 jours avant de vendre la mèche à sa tatie, ma soeur, qui a voulu lire ce fameux manuscrit.

    Elle a été scotchée et m’a poussée à l’envoyer à des éditeurs.

    Mon premier roman est paru en février 2013.

     

    3) Comment s'est déroulé votre recherche de maison d'édition ?

     

    L’euphorie des premières propositions de contrats m’a fragilisée et j’ai découvert que certaines maisons demandaient des sommes exhorbitantes pour me publier.

    J’ai finalement choisi une maison d’édition qui restait raisonnable et je me suis trompée.

    Je débutais dans un milieu que je ne connaissais pas, mais malgré cet amateurisme et ce mauvais choix, j’ai eu de bons retours.

    Trouver une maison d’édition qui vous fait confiance sans rien vous demander est très compliqué. La plupart vous laisse vous débrouiller avec vos corrections, mais il est extrêmement difficile pour le propre auteur de se corriger et mon premier roman était bourré de fautes…

    Certains vous promettent un travail sérieux et professionnel, parce que vous faites partie des coups de coeur du comité de lecture, mais là aussi, vous êtes trompés.

    Bref, je pense que ça fait partie du jeu, il faut être pris pour être appris.

    Aujourd’hui, je suis beaucoup plus méfiante, voire exigeante, mais je crois que j’ai trouvé les bonnes personnes avec Livr’S Editions.

    Une belle aventure va commencer.

     

    4) Avez-vous un auteur favoris ? Vous inspirez-vous de ce dernier ?

     

    Jean-Christophe Grangé reste mon auteur favori. Il est assez space, mais j’adore.

    Je préfère néanmoins avoir ma propre empreinte littéraire et écrire ce que j’ai envie d’écrire, sans en faire de trop pour prétendre arriver à la cheville des plus grands, ça ne m’intéresse pas. J’écris parce que j’aime ça et que j’ai une imagination débordante qu’il faut purger de temps en temps.

    J’ai mon propre monde que j’essaye de partager à travers mes écrits.

     

    5) Pouvez vous nous présenter un de vos livres ?

    Je vais choisir celui qui sortira chez Livr’S Editions, Mémoires assassines. L’idée m’est venue durant le salon du polar de Templemars de septembre 2014 en écoutant des gens parler de balles et de douilles datant de la seconde guerre mondiale retrouvées dans leur jardin. J’ai sorti mon petit calpein et j’ai écrit « journal intime d’un tueur en série dans le grenier de sa nouvelle maison.»

    J’avais déjà l’histoire dans ma tête, celle d’une femme qui emmenage dans une nouvelle maison, suite à un divorce et qui trouve, au grenier, les mémoires de l’ancien propriétaire.

    Au milieu du manuscrit, j’ai eu une panne d’inspiration et puis, une nuit, j’ai fait un cauchemar qui a eu un effet boule de neige. Je me suis remise dans l’histoire grâce à ce dernier.

    Je crois que dans ce roman, je suis au coeur même de mon côté obscur que j’ai voulu exploiter sans tabou. Je me suis identifiée à l’héroine, une partie de son âme est la mienne.

     

    6) Comment se déroule votre journée lorsque vous écrivez ?

     

    Difficile d’arrêter quand je commence à écrire, mais avec une famille, il faut savoir combiner tous les rôles. Pour l’instant, j’y arrive.

    Je voudrais des journées plus longues quand j’exploite une idée. Quand je dois arrêter, j’ai peur d’oublier ce que je devais écrire, mais ça n’arrive jamais, je suis obsédée par chaque roman que j’ai écrit, je les vis à 100%, 24h/24, même dans son sommeil, mon subconscient travaille tout le temps et toutes ces émotions que je ressens j’essaye de les retranscrire dans l’histoire, le plus fidèlement possible. Je crois que je deviens une autre personne quand j’écris, je deviens le personnage principal.

    Les gens qui me lisent disent de mes romans qu’ils sont très scénarisés. Je pense que c’est dû au fait que je suis indirectement ce que j’écris.

     

    7) Utilisez-vous votre entourage ou même les paysages que vous voyez dans vos romans ?

     

    Tout m’inspire. Dans mon premier roman, les grands-parents de l’héroine sont les miens, comme le poulailler, le quartier, le facteur de mon enfance. En général, chaque personnage a une partie de vécu. Certains assidus de mes écrits veulent leur nom dans un de mes romans, alors je leur fais plaisir, c’est drôle car ils ne savent pas comment je vais les exploiter au fil des pages.

    Pour résumer, chaque roman a une partie de moi.

     

    8) Avez vous un mot à dire à vos lecteurs ou futurs lecteurs?

     

    Juste MERCI, c’est un immense plaisir et honneur d’être lue.


    2 commentaires
  • CHRONIQUE DE BAD TOME 1 AMOUR INTERDIT DE JAY CROWNOVER

    Prix : 14,90 E

    Pages : 354

    Editeur : Harlequin

    Chronique Bad tome 1 Amour interdit de Jay Crownover

    Résumé :

     

    Seul l'amour pourra les sauver...

    Il s’appelle Bax. Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.

    Elle s’appelle Dovie. La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles. Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse. Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin. Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.

     

    Mon avis :

     

    C’est avec plaisir que j’ai eu l’honneur de lire et de chroniquer le premier tome de Bad de Jay Crownover et j’en remercie les éditions Harlequin pour ce service Presse pour les Rebelles webzines.

     

    Que vous dire au sujet de la couverture si ce n’est qu’elle est… miam… à dévorer du regard car on est tout de suite mis dans l’ambiance. IL y a aura des mecs, des beaux, des durs et le résumé, n’en parlons même pas parce qu’elle titille mon imagination … et pas que :p

     

    Et nous voici plongé en plein dans l’histoire et si vous cherchez un homme riche, intelligent et avec du pouvoir… eh bien passez votre chemin, parce qu’ici les mecs sont des durs, des tatoués, des Mauvais Garçons et on en redemande…

    Nous suivons ici l’histoire de Bax qui veut comprendre pourquoi celui qu’il pensait être son meilleur ami l’a trahi avec pour résultat de finir en prison… Mais il va rencontrer su son chemin une jeune femme, à la fois forte et fragile et c’est ce contraste entre les deux qui nous interpelle, qui nous plonge avec facilité dans l’histoire.

    Les personnages sont hauts en couleur et il est facile de se laisser prendre au charisme de Bax… En effet, on ne peut pas le considérer comme charmant, bien au contraire, c’est un mec de la rue, il a survécu en faisant des choses illégales mais malgré ça, il se bat pour ses convictions.

    Dovie peut nous paraître à première vue, un peu chiante, pot de colle et fragile mais on se rend compte au fil des pages qu’elle est plus forte qu’elle en a l’air et qu’il ne faut pas s’en prendre à ceux qu’elle aime.

    L’auteur nous entraîne dans une histoire d’amour dans une atmosphère assez rude, celle de la rue. On suit avec plaisir ( et douleur) le parcours des personnages, on les voit évoluer et jusqu’à la dernière page on se demande comment tout ça va se finir…

    Nous sommes tenus en haleine à la fois par l’histoire d’amour, de haine, de trahison. C’est un roman où la baston est omniprésente, on y parle de flingues, de drogues, de meurtre avec facilité, mais oh bon sang…. C’est une véritable addiction.

     

    En conclusion un premier tome semblable ( je présume) à un premier shoot, une montée d’adrénaline, l’impression de planer, d’être invicible et l’horreur lorsqu’on tourne la dernière page et qu’on réalise avoir terminé le roman, l’atterrissage difficile avec une seule pensée en tête… A quand la prochaine dose de Bad ?

    Ma note : il va sans dire que c’est un méga coup de cœur 5/5


    2 commentaires
  • Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
    Ce rendez-vous a initialement été créé par
    The Broke and the Bookish et repris en français le blog et celui d'autres personnes également .

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Le thème de cette semaine est :

    Les 10 livres qui ont marqués votre enfance/jeunesse

     

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

    Top Ten Tuesday du 26 Avril 2016

     


    3 commentaires
  • Chronique Hell's Horsemen tome 2 de Madeline Sheenan

    Prix : 7,95 E

    Pages : 384

    Editeur : J'ai lu

    Chronique Hell's Horsemen tome 2 de Madeline Sheenan

    Résumé :

     

    Danielle West, que chacun surnomme Danny, est la fille de Deuce, le président des Hell's Horsemen, un célèbre club de motards. Ripper, lui, en est l'un des membres éminents, comptant parmi les proches amis de Deuce. Une nuit d'été, Danny et Ripper se rapprochent fatalement, et leur destin s'en trouve à jamais bouleversé. Ils s'aiment à la folie dans le plus grand secret. Nul ne doit savoir, et si d'aventure Deuce apprenait leur liaison indécente, il les briserait tous deux. Qui, d'ailleurs, pourrait imaginer la gamine aux cheveux blonds et aux tenues roses pailletées dans les bras de Ripper, cet homme balafré et profondément tourmenté... ?

     

    Mon avis : 4/5

     

    Après un premier tome complétement désastreux, j'ai voulu laisser une seconde chance à cette série et c'est pourquoi j'ai lu le second opus.

     

    Une couverture beaucoup plus simple que la première et je dois avouer avoir été agréablement surprise. J'avoue ne pas avoir pris le temps de lire le résumé puisque je me doutais en quelques sortes que le livre allait reposer sur ces deux personnages.

     

    Je n'avais pas beaucoup apprécié la plume de cette auteure dans le premier tome et je craignais donc de débuter ma lecture. Finalement, j'ai été agréablement surprise par ce second opus que j'ai trouvé beaucoup plus profond et beaucoup plus travaillé que le premier. Je me suis laissée immerger en entier dans cette histoire et tout comme les personnages, je ne m'en suis pas sortie indemne. J'ai trouvé la plume beaucoup plus profonde et réaliste que dans le premier opus même si certains passages sont encore irréalistes, il faut bien l'avouer.

    J'ai parfois ri devant les répliques et les réactions des personnages, mais j'ai également eu les larmes aux yeux pour l'un d'eux. En effet, c'est une personne que j'apprécie beaucoup et ce qui lui arrive vers la fin du roman est tout simplement horrible. J'ai eu beaucoup de mal à m'en remettre et j'espère qu'il va y avoir un tome consacré à cette personne.

    On est toujours dans l'univers des bikers mais je les ai trouvés un peu plus humains dans ce tome. On découvre une nouvelle facette de certains et j'ai apprécié cette idée. Comme c'est un univers de bikers, il faut s'attendre à beaucoup de violences et il est parfois difficile de s'y faire.

     

    Danny est la fille du président Deuce et elle est secrètement amoureuse d'un des meilleurs amis de son père, Ripper. Ils finissent bien entendu par se rapprocher mais très vite ils se rendent compte de la bêtise qu'ils ont faite car si Deuce se rend compte de quelque chose, il y a de fortes chances pour que Ripper ne s'en sorte pas indemne. Malgré toutes leurs tentatives pour rester éloignés l'un de l'autre, Danny et Ripper se rendent compte que leurs sentiments sont beaucoup plus puissants qu'ils ne le pensaient.

     

    Danny est le genre de fille à savoir ce qu'elle veut et ne se préoccupe pas des autres. Cependant, derrière ses airs de dure à cuire se cache une jeune femme assez sensible et qui s'attache facilement aux autres. Malheureusement, à cause de ça, elle souffre quand même beaucoup au point d'arriver quasiment à un point de non-retour. J'ai dans l'ensemble bien apprécié cette personne même si elle a parfois des réactions extrêmes.

    J'avais beaucoup apprécié Ripper dans le premier tome et ici, ce fut encore le cas même si parfois j'ai eu envie de lui remettre les idées en place. Il lui arrive de ne pas se comporter en homme responsable car il a peur des réactions de son chef. Malgré tout, j'ai eu de la peine pour Ripper surtout lorsqu'on apprend ce qui lui est arrivé auparavant. Un personnage assez difficile à comprendre mais ô combien attachant.

     

    En résumé un tome meilleur que le premier alors je vais certainement lire le tome 3 en espérant qu'il soit toujours aussi bien.


    2 commentaires
  • Bonjour,

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

    Nous sommes lundi 25 Avril 2016, que lisez-vous ?

     

    Aurélie

    Ce que j'ai lu :

     

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

     

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

     

    Ce que je lis :

     

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

     

    Ce que je veux lire :

     

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

    C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?C'est lundi 25 avril 2016 que lisez-vous ?

     

    Pour Peter, le pauvre ne sait pas vraiment car lui aussi est en période d'examen.


    10 commentaires